Si « Le Généraliste » était paru en mars 1708 - Une auto-observation de Saint-Simon sur son phlegmon de l’avant-bras

Si « Le Généraliste » était paru en mars 1708Une auto-observation de Saint-Simon sur son phlegmon de l’avant-bras

Alain Létot
| 12.03.2016
  • Histoire

« Je tombai en ce temps-là dans un fâcheux accident. Je me fis saigner parce que je sentois que le sang se portoit à la tête, et il me sembla l’avoir été fort bien. Je sentis la nuit une douleur au bras, que Le Dran, fameux chirurgien, qui m’avoit soigné, m’assura ne venir que d’une ligature trop serrée.

Pour le faire court, en deux jours le bras s’enfla plus gros que la cuisse, avec la fièvre et de grandes douleurs ; on me tint autres deux jours avec des applications dessus pour dissiper le mal par l’ouverture de la saignée, de l’avis des plus grands chirurgiens de Paris.

M. de Lauzun, qui me trouva avec raison fort mal, insista pour avoir Maréchal, et s’en alla à Versailles le demander au roi, sans la permission duquel il ne venait point à Paris, et il ne découchoit presque jamais du lieu où le roi étoit. Il eut permission de venir, de découcher et même de séjourner auprès de moi. En arrivant le matin, il m’ouvrit le bras d’un bout à l’autre. Il étoit temps, l’abcès gagnoit le coffre, et se manifestoit par de grands frissons. Il demeura deux jours auprès de moi, vint après plusieurs jours de suite, puis de deux jours l’un. L’adresse et la légèreté de l’opération, des pansements et de me mettre commodément dépasse l’imagination. Il prit prétexte de cet accident pour parler de moi au roi, qui après que je fus guéri m’accabla de bontés. Chamillart était enfin venu à bout de raccommoder avec lui quelque temps auparavant.

Tout ce que dit Maréchal acheva. J’avais fait un léger effort du bras le jour de la saignée auquel j’attribuois l’accident, et je voulus que Le Dran me saignât dans le cours de cette opération pour ne pas le perdre. Maréchal et Fagon ne doutèrent pas que le tendon n’eût été piqué. Par des poids qu’on me fit porter, mon bras demeura dans sa longueur ordinaire, et je ne me suis pas senti depuis. J’avois jour et nuit des meilleurs chirurgiens de Paris auprès de moi, qui se relevoient.

(Extrait des « Mémoires » du duc de Saint-Simon paru dans « La Chronique médicale », mars 1914)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Conventionnement sélectif : des députés socialistes persistent avec une nouvelle proposition de loi

Le conventionnement sélectif des jeunes médecins a fait l'objet de plus d'une dizaine d'amendements portés par des parlementaires de tous bords lors de l'examen du PLFSS 2017. Tous ont été rejetés....3

Médiveille, l’appli imaginée par un généraliste auvergnat pour les soins non programmés

Médiveille

Le Dr Cyrille Charbonnier a longtemps été régulateur du centre 15 de l'hôpital Henri Mondor à Créteil. Fin 2013, il reçoit un appel d’une... 1

Epidémie de grippe : l'Ile de France ouvre la saison !

Epidémie de grippe : l'Ile de France ouvre la saison !-0

La grippe est entrée en "phase épidémique" en Île-de-France, indique Santé publique France dans son dernier bulletin hebdomadaire et huit... 2

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir