Si « Le Généraliste » était paru en mars 1912 - L’alcoolisme et les têtes couronnées

Si « Le Généraliste » était paru en mars 1912L’alcoolisme et les têtes couronnées

Alain Létot
| 10.03.2016
  • Histoire

Une curieuse révélation sur le Lohengrin impérial nous a été faite par notre ami Legrain. L’empereur Guillaume possède, paraît-il, un gros paquet d’actions d’une grande brasserie de Hanovre. Il a touché cette année, comme dividende, 4 250 marks. Les années précédentes, il avait fait de meilleures affaires, ayant reçu jusqu’à 1 500 francs de dividende par action.

Dans les assemblées générales d’actionnaires, l’empereur se fait toujours représenter. C’est qu’il s’intéresse à la brasserie. Ceci ne l’empêche point de n’avoir sur sa table que des vins sans alcool. Une fois de plus, la parole est d’argent, mais l’action est de diamant.

Pendant que nous tenons les têtes couronnées, rappelons que le roi de Suède, dans une audience accordée aux Bons Templiers, leur a déclaré qu’il se réjouissait des progrès de l’abstinence et qu’il travaillerait de toutes ses forces à la prohibition de l’alcool. Logique avec sa promesse, lors des grandes manœuvres de Aadalen, il offrit un banquet de 200 couverts où il n’y eut ni vin ni bière ; il adressa aussi, à cette occasion, de cordiales salutations au congrès anti-alcoolique de Londres.

Le Kronprinz, un abstinent réputé, ouvrit le congrès de Stockholm et suivit assidûment celui de Londres.

Le roi de Danemark, répondant à une délégation des sociétés d’abstinence, a dit qu’il se réjouissait de pouvoir signer la première loi de prohibition en Europe (Islande) et qu’il en signerait une pareille avec satisfaction, pour le Danemark, le jour où les législateurs la lui proposeront.

Voilà qui est parfait. Encore si ces exemples partis de haut portaient leur fruit ! Et si, surtout, nos démocrates, au lieu d’encourager les croisades contre l’alcool, ne favorisaient pas la multiplication des cabarets, source inépuisable de revenus pour le fisc, mais aussi source de maux sans nombre, cause de décadence, progressive et irrémédiable, de la race.

(« La Chronique médicale », mars 1912)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Internes

Buzyn ouvre la porte à une rémunération des « heures sup’ » des internes, l’Isnar-IMG furieuse

En février, lors de son congrès, l’Isnar-IMG (Intersyndicale des internes de médecine générale) avait alerté Agnès Buzyn sur le temps de travail des internes, après avoir publié les résultats d’une...Commenter

Université d'été de la CSMF La volonté d’union syndicale plus forte que les divergences générationnelles ?

Table ronde intersyndicale à l'Université d'été 2019 de la CSMF

En invitant les représentants de syndicats de médecins séniors et juniors à l’occasion de son Université d’été, la CSMF entendait réunir la... Commenter

En direct de l'Université d'été de la CSMF Retraites, revalos, lapins… les réponses de Buzyn aux inquiétudes des médecins libéraux

Agnès Buzyn en visio au congrès de la CSMF

La 25e Université d’été de la CSMF a ouvert ses portes vendredi au Palais des congrès d’Antibes-Juan-les-Pins dans un contexte marqué par... 20

Diabétologie PAS D'“EFFET MÉMOIRE” DU CONTRÔLE INTENSIF DU DIABÈTE Abonné

Controle diabète

VADT, étude de suivi de patients DT2 sur 15 ans, a pendant ses 5,6 premières années comparé l'effet d'un contrôle intensif du DT2 vs... Commenter

ORL TOUT VERTIGE POSITIONNEL N’EST PAS BÉNIN Abonné

Fig.2

Le diagnostic de VPPB doit être basé sur des éléments cliniques précis et concordants. Toute discordance doit remettre en cause le... Commenter

A découvrir