Si « Le Généraliste » était paru en février 1900 - Washington est-il mort victime de ses médecins ?

Si « Le Généraliste » était paru en février 1900Washington est-il mort victime de ses médecins ?

Alain Létot
| 26.02.2016
  • Histoire

Le glorieux fondateur de l’indépendance américaine a-t-il été la victime de la maladresse de ses médecins comme le prétend un ses biographes, lequel n’hésite pas à écrire : « Il n’est guère douteux que le traitement de la dernière maladie de Washington ait été une sorte d’assassinat ».

Le docteur Solis Cohen, de Philadelphie, a pris à tâche, dans le « Lippincott’s Magazine », de laver ses confrères de cette accusation et d’en démontrer la fausseté.

Washington a succombé à une laryngite aiguë œdémateuse. L’étude attentive des symptômes le prouve. Or le diagnostic des médecins traitants – Craick, Dick et Brown – a été « cynanche tracheatis » ou inflammation de la partie supérieure des voies aériennes. Ils n’ont pu préciser davantage, puisque le laryngoscope ne date que d’une soixantaine d’années. Mais ils ont vu le fait principal, à savoir que la maladie siégeait dans les voies supérieures.

Dans ces conditions, pouvaient-ils faire autre chose que ce qu’ils ont fait ? « D’abord une large saignée, dans l’espoir, en vidant les vaisseaux, de supprimer l’obstacle à la circulation dans le larynx. En deuxième lieu, essayer, au moyen de dérivatifs intestinaux et de sudorifiques, de diminuer encore la masse du sang : d’où le calomel et l’antimoine qui répondaient à ces indications. Troisièmement, soustraire le sérum du sang au voisinage de la partie enflammée : d’où les vésicatoires. Quatrièmement, s’efforcer de combattre la douleur et les effets locaux du refroidissement par la chaleur et les applications calmantes : d’où les inhalations de vapeurs chaudes et de vinaigre. »

Il est probable que les saignées, les purgatifs et le tartre stibié ont fait plus de mal que de bien au malade. Mais c’est la faute des idées de l’époque et non des médecins ? Non crimen professoris, sed artis.

Et, d’ailleurs, aurions-nous mieux fait aujourd’hui, et Washington eût-il été sauvé ? Sur 41 cas d’œdème aigu du larynx, colligés dans la littérature de ces dix dernières années, on compte 29 guérisons ; sept fois la trachéotomie a été pratiquée, six fois avec succès.

(« Médecine moderne » et « British Medical Journal », février 1900)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Huningue

En Alsace, une commune verse 50 000 euros pour s'attacher les services d'un généraliste

Après avoir épuisé toutes les autres options, la ville d’Huningue (Haut-Rhin) a décidé de sortir le chéquier. Depuis avril 2017, cette commune alsacienne de 7 000 habitants n’a plus aucun médecin...3

Avec sa commission "1 000 premiers jours", Macron mise sur la petite enfance

commission 1000 jours

Ils sont 18, neuropsychiatres, psychologues, pédopsychiatres, mais aussi généraliste, etc., qui dans les mois qui viennent se pencheront... 2

TROD angine en pharmacie : des médecins dénoncent une nouvelle attaque contre leur métier

Trod

L'Assurance maladie et les syndicats de pharmaciens (FSPF et USPO) ont signé en début de semaine l'avenant 18 à la convention... 3

Diabétologie PAS D'“EFFET MÉMOIRE” DU CONTRÔLE INTENSIF DU DIABÈTE Abonné

Controle diabète

VADT, étude de suivi de patients DT2 sur 15 ans, a pendant ses 5,6 premières années comparé l'effet d'un contrôle intensif du DT2 vs... Commenter

ORL TOUT VERTIGE POSITIONNEL N’EST PAS BÉNIN Abonné

Fig.2

Le diagnostic de VPPB doit être basé sur des éléments cliniques précis et concordants. Toute discordance doit remettre en cause le... Commenter

A découvrir