Si « Le Généraliste » était paru en février 1898 - Les petits trucs de la pratique

Si « Le Généraliste » était paru en février 1898Les petits trucs de la pratique

Alain Létot
| 24.02.2016
  • Histoire

    Les petits trucs de la pratique

Palper rectal sans se salir les doigts. Veut-on faire un palper du rectum sans s’insinuer dans la rainure unguéale des matières difficiles à extraire, même par le meilleur brossage ? On prend un morceau d’étoffe fine, coton ou toile ; on le dispose en petit entonnoir dont on noue une extrémité par une anse de fil. On coiffe l’index de ce capuchon, que l’on y fixe par plusieurs tours de fil. On imperméabilise le tout avec un corps gras quelconque : axonge, huile, vaseline. L’examen fait, on enlève l’appareil et on le lave. L’imperméabilité est absolument complète, si l’on peut bâtir le capuchon avec de la gutta en feuille ou du mackintosch.

Température prise instantanément. Lorsqu’on a soi-même les mains à la température normale, c’est-à-dire à 30 degrés, il suffit de palper à nu le creux axillaire du malade. À 37 degrés, la peau paraît bonne ; à 38 degrés, elle est un peu chaude ; à 39 degrés, elle est franchement chaude et, à 40 degrés, elle brûle. C’était cette dernière température que nos pères désignaient sous le terme de peau mordicante. Lorsqu’on exerce son sens thermique à ce genre de déterminations, on est rapidement capable de déterminer une température à moins de trois dixièmes près, et, chose précieuse, de corriger des thermomètres par trop fantaisistes. On peut avoir plus de confiance dans un tact bien éduqué que dans un instrument dit « de précision », dont le principal caractère est surtout de manquer souvent d’exactitude.

Température prise en deux ou cinq minutes par le thermomètre. L’ennui du thermomètre est qu’il faut dix minutes pour prendre une bonne température, dans l’immobilité absolue. Sur la flamme d’une bougie, on chauffe la cuvette de l’instrument avec précaution jusqu’à ce que la colonne mercurielle marque 35 sur les thermomètres à maxima. On essuie avec les doigts le charbon de la cuvette et on la porte dans le creux de l’aisselle. Avec un thermomètre ordinaire, l’opération est plus rapide car on hausse la chauffe jusqu’à 37 à 38 degrés. Et, alors, en deux minutes, l’équilibre est établi. Le seul petit inconvénient est de faire la lecture avant d’enlever l’appareil.

(« Gazette médicale de Liège », février 1898)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Mobilisation infirmière mardi 20 novembre à Toulouse

Les infirmières en grève dénoncent un plan santé guidé par le « lobby des médecins »

Les blouses blanches ne digèrent pas le plan santé d'Emmanuel Macron. Les infirmières, qui se considèrent comme « les grandes oubliées du plan », se rassemblaient ce mardi après-midi dans toute la...7

Les étudiants peuvent être rassurés, des ECNi blanches auront bien lieu cette année

ECNi

En l’absence de bug l’année dernière, les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé voulaient se passer cette année d’épreuves... Commenter

Le paquet neutre serait efficace sur les adolescents

Tabac

Une étude conduite par l'Inserm et l'Institut national du cancer s'est intéressée aux effets du paquet neutre introduit début 2017, sur les... Commenter

ORL  UNE DOULEUR PHARYNGÉE PERSISTANTE Abonné

ORL -  UNE DOULEUR PHARYNGÉE PERSISTANTE-0

Si des symptômes ORL persistent, même en l’absence de lésion évidente il faut rapidement adresser le patient à l’ORL pour rechercher une... Commenter

Anticoagulation LES AOD PASSÉS AU CRIBLE Abonné

Thrombose

Cette étude britannique du BMJ a comparé les risques et les bénéfices des trois AOD les plus prescrits à ceux de la warfarine. Les données... Commenter

A découvrir