Si « Le Généraliste » était paru en janvier 1930 - Le sucre pour les malades...

Si « Le Généraliste » était paru en janvier 1930Le sucre pour les malades...

Alain Létot
| 02.02.2016
  • Histoire

    Le sucre pour les malades...

Encore une nouveauté, vieille de plusieurs siècles, que le certificat de maladie réclamé aux consommateurs de sucre, En douteriez-vous ?

Nous avons conté, naguère, que l’apothicaire seul avait le droit de vendre du sucre : voulait-on du sucre à la violette, on arguait d’une maladie d’estomac ; Arnaud de Villeneuve ne professait-il pas que rien ne lui était supérieur comme… apéritif ?

Avait-on envie du sucre rosat, on trouvait quelque autre prétexte, comme rhume ou fluxion, pour s’en faire attribuer ; l’apothicaire, au besoin, vous en suggérait.

Il y avait, toutefois, une catégorie de malades à qui les sucreries étaient permises en tout temps, c’étaient les accouchées. « Aux temps de gésine », comme l’écrit Mme Aliénor de Poitiers, dans ses « Honneurs de la Cour », la friandise est autorisée ; le drageoir doit toujours être ouvert et bien garni, pour les commères qui rendent visite à la parturiente et viennent « caqueter » autour de son lit. En dehors de ces cas bien déterminés , il n’y avait guère que des grands seigneurs – ou des rois – qui eussent le droit de se gaver de bonbons et autres confiseries.

On sait, d’après les Comptes de son Hôtel, que Charles VI, le roi dément, put faire, tant qu’il lui plut, son régal quotidien « d’espèces confites, sucre rosat blanc, vermeil et en pâte, orangat, anis, noizettes, manu-Christi (?), pignolat, etc.  De même, dans l’« État des dépenses » du roi Jean, retenu prisonnier en Angleterre, on relève, entre autres gâteries permises à l’auguste captif, du muscarat ou sucre au musc, dont longtemps on conserva la vogue, du cafetin et du pignolat (on désignait sous ce nom une dragée composée avec le fruit de la pomme de pin, confit au sucre), dont il vient d’être question.

La morale de l’histoire, c’est qu’il y a toujours des privilégiés pour lesquels les restrictions n’ont été qu’un vain mot. Ce ne sont plus les mêmes aujourd’hui, il n’y a que cela de changé.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Cancer domicile

Répondez à notre enquête Quelles solutions pour vos patients atteints de cancer à domicile ?

A l’heure du « virage ambulatoire », la cancérologie se déploie de plus en plus chez le patient. Pour le médecin généraliste comme pour les autres acteurs de soins de ville, c’est à la fois une...1

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

.

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau... 35

Pour les Français, les médecins prescrivent trop... sauf le leur !

.

Touche pas à mon toubib ! La dernière enquête de la Drees confirme une fois encore un attachement fort à son médecin traitant. 88 % de nos... 6

Gastro-entérologie LA CONSTIPATION Abonné

Constipation

Pathologie fréquente, assez souvent négligée, la constipation chronique nécessite d’être considérée et caractérisée. Sa prise en charge,... Commenter

Addictologie LA MALADIE DE LAUNOIS BENSAUDE Abonné

Maladie de Launoy Bensaude 2

Cette pathologie est une lipodystrophie rare, souvent rattachée à une intoxication alcoolique, et se traduit par le développement... Commenter

A découvrir