Si « Le Généraliste » était paru en janvier 1930 - Le sucre pour les malades...

Si « Le Généraliste » était paru en janvier 1930Le sucre pour les malades...

Alain Létot
| 02.02.2016
  • Histoire

Encore une nouveauté, vieille de plusieurs siècles, que le certificat de maladie réclamé aux consommateurs de sucre, En douteriez-vous ?

Nous avons conté, naguère, que l’apothicaire seul avait le droit de vendre du sucre : voulait-on du sucre à la violette, on arguait d’une maladie d’estomac ; Arnaud de Villeneuve ne professait-il pas que rien ne lui était supérieur comme… apéritif ?

Avait-on envie du sucre rosat, on trouvait quelque autre prétexte, comme rhume ou fluxion, pour s’en faire attribuer ; l’apothicaire, au besoin, vous en suggérait.

Il y avait, toutefois, une catégorie de malades à qui les sucreries étaient permises en tout temps, c’étaient les accouchées. « Aux temps de gésine », comme l’écrit Mme Aliénor de Poitiers, dans ses « Honneurs de la Cour », la friandise est autorisée ; le drageoir doit toujours être ouvert et bien garni, pour les commères qui rendent visite à la parturiente et viennent « caqueter » autour de son lit. En dehors de ces cas bien déterminés , il n’y avait guère que des grands seigneurs – ou des rois – qui eussent le droit de se gaver de bonbons et autres confiseries.

On sait, d’après les Comptes de son Hôtel, que Charles VI, le roi dément, put faire, tant qu’il lui plut, son régal quotidien « d’espèces confites, sucre rosat blanc, vermeil et en pâte, orangat, anis, noizettes, manu-Christi (?), pignolat, etc.  De même, dans l’« État des dépenses » du roi Jean, retenu prisonnier en Angleterre, on relève, entre autres gâteries permises à l’auguste captif, du muscarat ou sucre au musc, dont longtemps on conserva la vogue, du cafetin et du pignolat (on désignait sous ce nom une dragée composée avec le fruit de la pomme de pin, confit au sucre), dont il vient d’être question.

La morale de l’histoire, c’est qu’il y a toujours des privilégiés pour lesquels les restrictions n’ont été qu’un vain mot. Ce ne sont plus les mêmes aujourd’hui, il n’y a que cela de changé.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Retraite : les médecins libéraux risquent d'être les grands perdants de la réforme selon l'UFML-S

La réforme des retraites pilotée par Jean-Paul Delevoye constitue-t-elle une menace pour les médecins libéraux ? C'est la grande crainte de l'Union française pour une médecine libre - syndicat ...2

« Maximum 2 verres d'alcool par jour, et pas tous les jours » : SPF fixe de nouvelles limites

Verre de vin

Ces douze derniers mois, nos autorités sanitaires et le gouvernement ont été souvent critiqués pour leur laxisme en matière de lutte contre... 1

Médicament : les industriels se mobilisent pour réduire les ruptures de stock

Pénurie

« Non, les industriels n’organisent pas sciemment les ruptures de stock ! ». À l’occasion de la présentation de son plan d’action contre les... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir