C'est arrivé le 29 décembre 1919 - Mort de William Osler

C'est arrivé le 29 décembre 1919Mort de William Osler

29.12.2015
  • éphéméride

    Mort de William Osler



« Celui qui étudie la médecine sans livres navigue sur une mer inconnue, mais celui qui étudie la médecine sans voir les patients ne va même pas en mer », aimait à répéter William Osler, homme protée qui fut tout aussi bien médecin, clinicien, anatomo-pathologiste, enseignant, bibliophile, historien, essayiste, conférencier, organisateur, écrivain et auteur de pièces de théâtre…

2.Fils d'un pasteur anglican, William Osler, né à Bond Head, dans l'Ontario, pensa succéder à son père au ministère de l’Église anglicane du Canada et, à cette fin, il entra à l’Université de Trinity College à Toronto à l'automne de 1867. Mais, bientôt, sa passion pour l'art médical prit le dessus et il s'inscrivit à  la Toronto School of Medicine, puis à  l’Université McGill de Montréal qui avait la réputation d'être la meilleure du Canada et des États-Unis réunis et où il a obtenu son diplôme de médecine (MDCM) en 1872.


Un pilier du John-Hopkins Hospital de Baltimore


Après avoir complété sa formation à Londres et avoir enseigné à l’Université McGill, Osler fut nommé  à la chaire de médecine clinique à l’Université de Pennsylvanie de Philadelphie en 1884. Puis, en 1889, il devint Médecin-chef à l’Hôpital Johns-Hopkins de Baltimore tout récemment créé.   À son arrivée l'hôpital ne comptait que 220 lits et la première année de fonctionnement  seulement 788 patients avaient été admis pour un nombre total de 15 000 jours d’hospitalisation. En 1905, lorsqu’Osler quitte l’établissement pour Oxford, plus de 4 200 patients furent admis pour un nombre total de 110 000 jours d’hospitalisation.


Un pionnier de la pratique de l'enseignement au chevet du malade


Le credo d'Osler   était que les étudiants en médecine puissent se rendre au chevet des patients dès le début de leur formation. Il insistait pour que, durant leur troisième année, ils recueillent l'histoire du patient, réalisaient des examens cliniques et pratiquent des examens de laboratoire sur les sécrétions, le sang et les selles au lieu de prendre des notes dans une salle de cours.  

Osler mit également en place le temps plein, le système de garde des résidents qui prévoyait que le personnel médical vivait et dormait dans le bâtiment administratif de l'hôpital. Comme il l'a établi, le système de la résidence est devenu la règle avec un mandat prolongé. Les médecins passaient sept ou huit ans comme résidents, années au cours desquelles ils menaient une vie austère, quasi monastique.


« Si vous écoutez attentivement le patient, il vous donnera le diagnostic »


La contribution d’Osler à l'enseignement médical dont il était le plus fier était son idée de stage clinique qui prévoyait que les étudiants de troisième et quatrième années travaillent au contact des patients en milieu hospitalier. Il fut le pionnier de la pratique de l'enseignement au chevet du malade entouré d’un groupe d'étudiants en démontrant qu’un étudiant formé à sa méthode était capable d’un examen clinique incomparablement plus approfondi. « Si vous écoutez attentivement le patient, il vous donnera le diagnostic », répétait-il sans cesse à ses étudiants.

Quand il quitta le John-Hopkins Hospital en 1905 pour rejoindre Oxford, Osler, qui était doté d'un humour très développé, prononça un discours  resté dans la légende.  il y citait «The Fixed Period » d’Anthony Trollope (« La Durée déterminée »), qui prévoyait un Collège où les hommes à la retraite à 60 ans, après une période contemplative d'une année étaient « doucement endormis » au chloroforme. Il a affirmé que, le travail le meilleur, le plus actif et le plus dynamique dans le monde est réalisé entre l'âge de vingt-cinq ans et de quarante ans et il avait dépassé ce moment. Le discours d’Osler a fait les choux gras de la presse populaire sous ce titre :  « Osler recommande de chloroformer tous les sexagénaires » .

William Osler fut le premier auteur d'un célèbre traité de médecine interne, le fameux « Harrison's Principles of Internal medicine ».  Le titre de son essai le plus célèbre « Aequanimitas » rappelant l'importance de la sérénité , devise de la famille Osler,  figure aujourd'hui  à Hopkins sur les cravates et les foulards.


Osler, un nom lié à de nombreux symptômes et maladies


- Le signe d’Osler est une pression artérielle anormalement élevée en raison de la calcification des artères.
- Les nodules d’Osler sont des nodules apparaissant sur la pulpe des doigts ou des orteils, une vascularite auto-immune qui est évocatrice d’une endocardite bactérienne subaiguë. Ils sont généralement douloureux, par opposition aux lésions de Janeway, indolores, dues à des embolies.
- La maladie de Rendu-Osler (également connue sous le nom de télangiectasies hémorragiques héréditaires ) est un syndrome qui comporte de multiples malformations des vaisseaux sanguins de la peau, des muqueuses nasales et buccales, des poumons et d’autres organes. Après Henri Rendu, il a précisé la description de la maladie appelée désormais maladie de Rendu -Osler -Weber.
- La maladie d’Osler-Vaquez (également connue sous le nom de polyglobulie de Vaquez).
- Le syndrome d’Osler-Libman-Sacks, endocardite atypique, verruqueuse, non bactérienne, valvulaire et murale. Phase finale du lupus érythémateux disséminé.
- La filaire d’Osler est un nématode parasite.
- La manœuvre d’Osler: dans la fausse hypertension, la tension artérielle mesurée par le tensiomètre est artificiellement élevée à cause de la calcification de la paroi artérielle. La manœuvre  d'Osler consiste à rechercher une artère radiale palpable, bien que sans pouls chez un patient lorsque le brassard est gonflé au-dessus de la pression systolique.
- Le syndrome d’Osler est un syndrome comportant des épisodes récurrents de douleur colique, avec des irradiations typiques vers l’arrière, un état grippal et de la fièvre, en raison de la présence dans l’ampoule de Vater d'un calcul mobile plus grand que l'orifice biliaire.
- La triade d’Osler, association d’une pneumonie, d’une endocardite et d’une méningite.


Emporté par la grippe espagnole…


William Osler est mort en 1919, au cours de l’épidémie de grippe espagnole. Son épouse, Grace, lui a survécu neuf ans. Les cendres de Sir William et Lady Osler reposent maintenant dans une niche à la Bibliothèque Osler de l'Université McGill. Déclarant un jour qu'il espérait que sur sa pierre tombale on écrirait seulement  « Il a amené les étudiants en médecine au chevet des malades pour y recevoir leur enseignement »,  Osler  précisa : « Je ne désire pas d'autre épitaphe… sinon la déclaration que j'ai enseigné aux étudiants en médecine au lit du malade et que je considère cela comme étant de loin le travail le plus utile et le plus important que j'ai été amené à faire ».


Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Saône-et-Loire : top départ pour le premier Centre départemental de santé qui recrute 30 généralistes salariés

C'est une première en France. La Saône-et-Loire a présenté ce mercredi lors de son assemblée départmentale la création de son Centre départemental de santé. Un projet porté par le président LR du...Commenter

30 minutes d'activité physique évite un décès sur 12 !

sport

Un article du Lancet venant de paraître, indique qu’un décès sur 12 pourrait être évité, avec 30 minutes d’activité physique pratiquée cinq... Commenter

Les suicides en augmentation au Brésil

Le nombre de suicides au Brésil a augmenté de plus de 11 % de 2011 à 2015, selon un rapport officiel présenté jeudi. D'après ce rapport du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir