C’est arrivé le 22  décembre 1872 - Naissance de Camille Guérin, le G du BCG

C’est arrivé le 22  décembre 1872Naissance de Camille Guérin, le G du BCG

Alain Létot
| 22.12.2015
  • éphéméride



Né à Poitiers, en 1872, Camille Guérin est le fils d'un entrepreneur de travaux publics, mort de la tuberculose en 1882. Sa mère se remarie quelques années plus tard avec un vétérinaire de Châtellerault, ce qui le pousse à étudier cette discipline à l'École nationale vétérinaire d'Alfort de 1892 à 1896, tout en servant d'assistant au pathologiste Edmond Nocard dans le service des maladies contagieuses.

Diplômé en 1896, il entre comme préparateur à l'Institut Pasteur de Lille en 1897 et commence à travailler avec Albert Calmette. il est chargé de préparer le sérum antivenin de serpent et le vaccin contre la variole. En utilisant le lapin comme hôte intermédiaire pour assurer la pérennité de l'activité des souches vaccinales, il améliore considérablement la production de ce dernier vaccin.


Vaccine jennerienne et tuberculose, ses deux chevaux de bataille


En 1900, il se consacre presque exclusivement aux deux sujets d'études qui occuperont la majeure partie de sa carrière scientifique : la vaccine Jennerienne et la tuberculose. En 1905, il est nommé chef de laboratoire. Il poursuit alors les travaux sur la prévention de la variole, menés un siècle plus tôt par Edward Jenner, médecin anglais.

Il met ainsi au point une méthode de contrôle des vaccins jennériens (antivarioliques), basée sur la numération des éléments virulents contenus dans ces vaccins. Ce travail est récompensé par la médaille d'or de la commission de la vaccine de l'Académie de médecine.


Premier vaccin BCG sur l’homme en 1924


Celles-ci ne reprennent qu'en 1918, après la libération. Finalement, en 1921, En 1921, après 230 passages sur milieu bilié, Calmette et Guérin sont parvenus à obtenir une souche de bacilles atténués, capable de conférer l'immunité. Après de nombreux essais de vaccinations BCG (bacille Calmette-Guérin) sur des bovidés et d'autres animaux, B. Weill-Hallé procède avec succès à la première vaccination humaine.
 En 1924, les pouvoirs publics autorisent l'extension de l'usage du BCG sur les nouveau-nés. Des souches vaccinales sont distribuées gratuitement aux laboratoires qualifiés, français ou étrangers, qui en font la demande.

Guérin, chef de service à l'Institut Pasteur de Lille depuis 1919, prend en 1928, la direction du service de la tuberculose à l'Institut Pasteur de Paris. En 1939, il devient vice-président du Comité national de défense contre la tuberculose. En 1948, il est président du Premier Congrès international du BCG et, en 1951, président de l'Académie de médecine. En 1955, il reçoit le grand prix de la recherche scientifique de l'Académie des sciences. Il meurt en 1961, à l'âge de 88 ans, à l'hôpital Pasteur de Paris et est inhumé, aux côtés de son épouse Marie, à Châtellerault.


Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir