Touchers vaginaux : après la polémique, la mise au point des obstétriciens du CNGOF

Touchers vaginaux : après la polémique, la mise au point des obstétriciens du CNGOF

07.12.2015
  • .

« Le pire pour des patientes serait que le toucher vaginal devienne tabou, au point qu’il ne puisse plus être pratiqué. » Pour le Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français (CNGOF), il ne faudrait pas que la récente polémique sur les TR et TV pratiqués sans consentement en vienne à discréditer un geste essentiel à l’examen clinique gynécologique. Dans une mise au point, à destination tant du grand public que du corps médical, le CNGOF insiste sur les...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 5 Commentaires
 
JOHAN F Médecin ou Interne 09.12.2015 à 17h46

J'ai exercé depuis les années 70 , en tant qu'externe, interne. On ne faisait pas autant de bazar quand il s'agissait d'apprendre à faire un toucher pelvien. Quand c'était demandé avec tact, avec Lire la suite

Répondre
 
Bernard L Médecin ou Interne 08.12.2015 à 14h38

Apprendre un geste clinique devrait toujours comporter 3 étapes : 1/ regarder faire un maître expérimenté et écouter ses explications, 2/ faire sous la direction d'un maître qui peut intervenir à Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 08.12.2015 à 19h36

bien vu , et le TR ? que beaucoup d'hommes refusent,en consultation , QUID?

Répondre
 
VAFI V Autre 07.12.2015 à 20h52

J'adore l'expression : "sur de supposés touchers pelviens". Supposés n'est-ce pas ? Car elles doivent certainement délirer les pauvres, comme à l'époque de Charcot, en plein amphi !

Répondre
 
PHILIPPE M Médecin ou Interne 07.12.2015 à 20h22

Bravo pour cette position, qui me paraît la bonne. En gardant une certaine fermeté dans le constat qu'il est nécessaire d'apprendre, en médecine comme ailleurs, même s'il y va de notre vie ou de Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir