Si « Le Généraliste » était paru en décembre 1909 - Le délire d'interprétation chez Jean-Jacques Rousseau

Si « Le Généraliste » était paru en décembre 1909Le délire d'interprétation chez Jean-Jacques Rousseau

Alain Létot
| 04.12.2015
  • histoire



M. Mignard exposant les théories de MM. Sérieux  et Capgras dans  la « Revue de psychiatrie », relatives au délire d’interprétation, délire basé sur un raisonnement faux ayant pour point de départ une sensation réelle, un fait exact, rappelle le cas de Jean-Jacques Rousseau qui présenta un exemple remarquable de cette forme de psychose.

Susceptible et méfiant, Jean-Jacques était véritablement un prédisposé à l’interprétation délirante. Sa timidité était extrême ; il était scrupuleux et mythomane à la fois. Rousseau insiste lui-même sur l’impétuosité de son tempérament et la faiblesse de sa critique. « Le sentiment, plus prompt que l’éclair, vient remplir mon âme ; au lieu de m’éclairer, il me brûle et m’éblouit. Je sens tout et je ne vois rien ! »

C’est à quarante ans, à la suite de réels ennuis et de véritables attaques, que se produit l’incubation du délire. Il  s’imagine peu à peu que d’Holbach, Voltaire, Grimm, Hume ont tramé un complot contre lui. En vérité, et pour la plupart, leur hostilité était réelle ; seule, la systématisation qu’en faisait Jean-Jacques était exagérée.

La période d’état commence véritablement à l’âge de quarante-cinq ans : les Jésuites veulent retarder jusqu’à sa mort la publication de son ouvrage « L’Émile » ! C’est alors que débute une vie errante, qui le conduira successivement en Suisse, en Angleterre et, de nouveau, en France, pour échapper à ses persécuteurs imaginaires. Les interprétations les plus fantastiques se rapportent à David Hume, qu’il accuse de l’avoir attiré outre-Manche dans les plus noirs desseins. À son retour en France,  son délire prend une immense extension, et il en arrive à écrire ses protestations sur les murs :

« … Les magistrats me haïssent à cause du mal qu’ils m’ont fait. Les philosophes, que j’ai démasqués, veulent me perdre et ils y réussiront… Les prêtres, vendus aux philosophes, aboient après moi pour faire leur cour. »

La dernière période marque le développement presque illimité du délire, accompagné de la plus grande résignation. Et, cependant, les interprétations ont à ce point progressé qu’il arrive à faire passer dans le complot les passeurs de la Seine et les décrotteurs du Temple et du Palais-Royal. Or c’est à la période terminale de sa maladie que Rousseau écrit les « Rêveries » !

Peut-on montrer par un plus bel exemple la persistance des facultés intellectuelles dans la psychose interprétative  et le rôle fondamental du jugement passionnel ?

(Journal de médecine et de chirurgie pratiques, décembre 1909)


Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dictionnaire

« Doctoresse » ? L’Académie française valide, « ridicule » selon l'Association des femmes médecins

Il sera bientôt officiellement possible de prendre rendez-vous chez une « doctoresse » ! L’Académie française s’apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers, selon une...Commenter

Hausse des arrêts de travail : les médecins satisfaits d'être mis hors de cause

Arrêt travail

Les syndicats de médecins libéraux ont accueilli très favorablement les propositions formulées par un groupe d'experts dans le rapport pour... Commenter

Dossier professionnel

ReprésentativitéSyndicats, la crise de foi Abonné

smil

Dans un contexte social profondément chahuté, les syndicats de médecins libéraux, qui négocient actuellement avec l'Assurance maladie le... 1

Gynécologie LA VAGINOSE BACTÉRIENNE Abonné

Vagin

La vaginose bactérienne, comme une infection à Gardnerella vaginalis, est un problème pour le praticien du fait de ses récidives... Commenter

ORL L’OSTÉOME DU SINUS FRONTAL Abonné

fmc

Les ostéomes des sinus de la face sont localisés au niveau frontal le plus souvent. Cliniquement, ils sont souvent asymptomatiques. Le... Commenter

A découvrir