C'est arrivé le 23 novembre 1950 - Mort de Hyacinthe Jean Vincent

C'est arrivé le 23 novembre 1950Mort de Hyacinthe Jean Vincent

Alain Létot
| 23.11.2015
  • éphéméride



Ce médecin qui donna notamment son nom à une forme particulière d'angine est né le 22 décembre 1862, descendant d'une vieille famille de Haute-Gironde et fils d'un marchand boucher installé cours Portal à Bordeaux. En 1887, il est reçu Docteur en médecine avant de devenir préparateur du laboratoire d'anatomie pathologie et de bactériologie du Val-de-Grâce de 1889 à 1891. À cette date, il est nommé médecin général inspecteur de l'armée et est affecté à l'École militaire du dey d'Alger, chargé d'un service hospitalier de médecine. Il y découvre le bacille Fusiformis fusiformis qui associé à des spirilles est à l’origine de l'angine unilatérale, ulcéreuse (ou pseudo-membraneuse) à fuso-spirilles, plus communément appelée "Angine de Vincent".

En 1896, Vincent est nommé à la chaire d’épidémiologie et des maladies des armées. au Val-de-Grâce. La même année il fonde un laboratoire de bactériologie à Marseille.

Un éthérovaccin contre la typhoïde

De 1902 à 1924, il est médecin, chef de service et directeur du laboratoire de bactériologie à l’École d’Application du Val-de-Grâce. il vaccine avec succès, en 1912, grâce à son éthérovaccin, le contingent français d'Afrique du Nord contre la typhoïde. Ce vaccin avait été mis au point en 1896 par Almroth Wright en Angleterre et en 1909 par André Chantemesse et Hyacinthe Vincent en France.

Lors de la Première Guerre mondiale, une loi du 28 mars 1914 impose la vaccination T.A.B. (vaccination contre la typhoïde et les paratyphoïdes A et B) et sauve l'armée française en supprimant presque totalement les cas de fièvre typhoïde. On lui doit aussi la découverte du vaccin contre la gangrène gazeuse. Cette vaccination a pratiquement fait disparaître tous les cas d'affections typhoïdiques durant la guerre de 1914-1918 et, pour cela, Vincent reçoit les félicitations des maréchaux Joffre et Foch. De 1915 à 1924, Vincent est Médecin inspecteur, puis médecin inspecteur général et médecin inspecteur permanent d'hygiène de l'Armée.

Un timbre à son effigie

Vincent est élu membre de l'Académie des Sciences en 1922, dont il sera le président en 1941. Après sa mort à Paris le 23 novembre 1950, un timbre à son effigie a été émis le 2 juin 1962 et son nom a été donné à l'une des trois facultés de médecine de l'université Bordeaux II.


Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Visite à domicile

À Niort, quatre médecins lancent un service de visite à domicile

À Niort (Deux-Sèvres), deux médecins en activité et deux jeunes confrères sur le point de présenter leur thèse, ont lancé lundi 21 janvier l'association « SOS Niort 79 », pour répondre aux demandes...6

L'aspirine en prévention primaire : le Jama pointe les risques de saignements majeurs

Aspirine

Un nouveau travail, publié par le Jama, montre qu'en prévention primaire, les bénéfices cardiovasculaires de l'aspirine sont contrebalancés... Commenter

La téléconsultation permet aux patients chroniques de voir plus souvent leur médecin traitant selon une étude

.

La téléconsultation dans le cadre du parcours de soins est remboursée depuis le 15 septembre dernier mais cette pratique est encore à la... 1

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir