C'est arrivé le 21 novembre 1914 - Naissance d'Henri Laborit

C'est arrivé le 21 novembre 1914Naissance d'Henri Laborit

Alain Létot
| 21.11.2015
  • éphéméride



Le neurobiologiste et chirurgien qui découvrit la chlorpromazine, la première molécule antipsychotique, utilisée notamment pour soigner la schizophrénie, est né à Hanoï le 21 novembre 1914 où son père était officier médecin des troupes coloniales. De retour en France après le décès de son père frappé par le tétanos alors qu'il avait cinq ans, Laborit et sa famille rentrèrent en France. Malgré une tuberculose contractée alors qu'il avait douze ans, le jeune Henri poursuivit ses études au Lycée Carnot, à Paris. Après avoir décroché son bac et obtenu un certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles de la Faculté des sciences, Laborit s'inscrivit à l'École principale du service de santé de la Marine, à Bordeaux et fit donc ses premiers pas de médecin dans la Marine nationale. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il servit ainsi sur plusieurs bâtiments dont le " Sirocco " qui fut coulé le 31 mai 1940 lors de l’évacuation de Dunkerque, ainsi que sur l’" Emile-Bertin " lors du débarquement d’Anzio en janvier 1944, ainsi que lors du débarquement en Provence.

Le découvreur de la chlorpromazine et de l’hibernation artificielle
La guerre finit, Laborit exerça dans les hôpitaux de Lorient et Bizerte (Tunisie) avant d'être muté en 1949 au laboratoire de physiologie de l'hôpital du Val-de-Grâce où son activité s’orienta vers la recherche. C'est là, en collaboration avec les psychiatres de l'hôpital Sainte-Anne qu'il étudia les phénothiazines avant de découvrir en 1951 la 4 560 RP chlorpromazine, connue aussi sous le nom de Largactil, premier médicament antipsychotique utilisé notamment pour soigner la schizophrénie. Laborit profita aussi de son passage au Val-de-Grâce pour mettre au point la technique de l'hibernation artificielle, qui allait révolutionner la chirurgie.


Après s'être orienté vers l'étude des mécanismes liés au stress, Henri Laborit reçut en 1957 le Prix Albert Lasker pour la recherche médicale. La notoriété que lui apporta ce prix et l’argent récolté grâce à la commercialisation de la chlorpromazine lui permirent alors de poursuivre ses recherches dans le laboratoire d'eutonologie qu'il dirigea à l’hôpital Boucicaut, créé comme une association de loi 1901 et qu’il ne finança qu’avec les ventes de ses brevets et ses droits d’auteurs (mais aucune aide de l’État). tout en restant personnellement rémunéré par le Service de santé des Armées. Parallèlement, le neurobiologiste créa la revue " Agressologie " qu'il dirige jusqu'en 1983.

Synthétisation du GHB
Laborit fut aussi dans les années 1960 le premier à donner sa vraie importance à la névroglie (ensemble des cellules gliales) et aux radicaux libres. Pionnier, il le fut encore en étant le premier à synthétiser le GHB (l’acide gamma-hydroxybutyrique), ce qui a ouvert la voie à bien d'autres molécules de synthèse encore plus performantes.
Entre-temps, Laborit se fit petit à petit connaître du grand public, publiant en 1968 son premier ouvrage de vulgarisation," Biologie et structure ", bientôt suivi d'un livre sur la biologie comportementale " La Nouvelle grille "   et d'une trentaine d'œuvres consacrées à la philosophie scientifique et à la nature humaine.

" Mon Oncle d’Amérique ", le film d’Alain Resnais qui le fit découvrir au grand public
Après être apparu en 1971 et 1972 dans l'émission littéraire "Italiques ", Henri Laborit accéda définitivement à la notoriété avec le film d'Alain Resnais " Mon Oncle d'Amérique " où le savant explique ses travaux sur le conditionnement avec des expériences sur des rats qui l’ont amené à développer le concept de l’« inhibition de l’action » et qui expliquent dans quelles conditions de stress des rats isolés biologisent celui-ci en ulcère gastrique.
En 1981, Laborit se vit octroyer le prix Anokhin, l'une des plus prestigieuses récompenses médicales décernées en URSS, mais le plus grand regret du chercheur fut de ne pas avoir reçu le prix Nobel. Selon Pierre Huguenard, professeur émérite à la Faculté de Médecine de l’Université de Paris XII, ce fut « à cause de l’hostilité du microcosme médical civil français, et plus précisément parisien ».


Père de l’actrice Maria Laborit, du psychiatre Jacques Laborit et grand-père de l’actrice Emmanuelle Laborit, ce franc-tireur qui refusa de se fondre dans le moule habituel des chercheurs et des scientifiques et qui chercha sans cesse à éviter le conformisme tant dans ses méthodes de recherche que dans son comportement humain, mourut le 18 mai 1995.


Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Canicule

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par la ministre de la Santé à l’occasion du bilan national de...5

Subventions et loyer modéré ont permis à Chaville de recruter 4 généralistes

Inauguration du centre médical de Chaville

Après avoir perdu 42 % de ses généralistes entre 2009 et 2016, Chaville (Hauts-de-Seine) retrouve le sourire. La commune a enregistré début... 2

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM-0

Suite à l’annonce par le laboratoire MSD d’une rupture de stock prolongée de certains dosages de la spécialité Sinemet®... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir