Si " Le Généraliste " était paru en novembre 1898 - Miss Hamilton, médecin de l'Émir d'Afghanistan

Si " Le Généraliste " était paru en novembre 1898Miss Hamilton, médecin de l'Émir d'Afghanistan

Alain Létot
| 13.11.2015
  • histoire

On annonce que Miss Hamilton, médecin ordinaire de l'Émir d'Afghanistan, de la sultane et de la Cour, vient de réussir à faire rendre obligatoire la vaccination en Afghanistan. Miss Hamilton est chargée par l'Émir de lui donner son avis sur les choses qui concernent la santé ;
Miss Hamilton est un médecin anglais accompli. D'abord pendant trois ans infirmière au Workhouse de Liverpool, elle entra en 1896 à l'École de médecine pour femmes, à Londres. Elle y étudia quatre années. En 1890, elle prit tous ses grades à Glasgow et à Édimbourg, et en automne de la même année, fut reçue à Bruxelles docteur en médecine avec distinction.
De là, elle se rendit directement à Calcutta où elle fit de la clientèle privée avec grand succès. Elle est, paraît-il, la seule Anglaise qui ait réussi aux Indes dans la pratique de la médecine, sans appointements du gouvernement ou sans appui d'une société.
Durant son séjour à Londres, Miss Hamilton fut gracieusement reçue en audience privée par la Reine à Windsor et le Secrétaire d'État pour l'Inde lui fit exprimer le désir du gouvernement de lui être agréable. Elle favorisa, à cette époque, le British Medical Journal d'une courte narration des circonstances qui l'avait amenée à Kaboul et, par suite, dans son pays natal.
À Calcutta, pendant les fortes chaleurs, Miss Hamilton souffrait constamment des fièvres. Celles-ci ne la quittant pas, même dans la saison froide, on lui conseilla au printemps de 1894 le retour en Angleterre ou le séjour dans les montagnes.
Entre-temps, elle apprit que l'Émir d'Afghanistan désirait une Anglaise pour mettre les dames de la Cour au courant des mœurs des dames anglaises. Or l'Émir est goutteux : il avait eu une légère attaque en mai. En août, à peine arrivée, il l'envoya chercher pour le soigner. Elle resta deux mois et demi sous la tente dans le jardin du barbare, avec défense d'en quitter l'enceinte sans permission. Elle était autant son infirmière que son médecin car on ne pouvait rien trouver pour ce service à Kaboul. Il n'est d'ailleurs pas permis aux dames de franchir le seuil du palais, excepté en certaines occasions spéciales, lorsque tous les serviteurs mâles sont congédiés. L’Émir fut  trois semaines si sérieusement malade qu'elle ne pouvait quitter sa chambre qu'un instant à peine et n'avait pas plus de deux heures de repos à la fois. Vers la Noël, son altesse étant moins bien qu'à la fin d'octobre et en novembre, elle dut établir sa demeure dans le voisinage du palais ; elle y resta six semaines sans désemparer.
En toute occasion, Miss Hamilton rencontra des marques de bonté et les plus grands égards de la part de l'Émir. Les seuls désagréments qu'elle éprouva provenaient de la grande différence de mœurs. En tout temps, il lui était permis de pénétrer dans le palais sans se faire annoncer, privilège dont ne jouit pas toujours le gouverneur de la ville ou le secrétaire intime.
Elle fut très surprise quand l'Émir lui ordonna d' accompagner son fils en Angleterre. C'était le seul moyen de calmer les inquiétudes mortelles qu'il ressentait du départ de Nasrullah Khan pour un pays dont ses hakims ne connaissent pas les maladies.
Miss Hamilton jouit à la Cour d'Afghanistan d'une grande faveur et elle a reçu de l'Émir et de la Sultane les lettres les plus affectueuses où ils mentionnent les services rendus.
(La Chronique médicale, novembre 1898)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Sénatoriales : des généralistes font leur entrée au Palais du Luxembourg

.

Suite au renouvellement partiel du Sénat, plusieurs médecins généralistes vont entrer pour la première fois à la Haute Assemblée. Bernard... Commenter

PMA, GPA, le grand libéralisme des Français

.

"La France est prête". C'est la ministre de la Santé qui le dit à propos de l'élargissement de l'accès à la PMA voulue par le gouvernement.... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... 1

A découvrir