[VIDEO] - « L’automne de Francine » - Entre sollicitude et soins, le quotidien d’une généraliste à l’écran

[VIDEO] - « L’automne de Francine »Entre sollicitude et soins, le quotidien d’une généraliste à l’écran

14.08.2015
.

« Si je faisais de la médecine en étant très technique -les symptomes, le diagnostic, un traitement-  à la fin de la journée, j’aurai l’impression de n’avoir rien fait… » Le Dr Tura Milo résume ainsi sa façon de travailler devant la caméra de Josiane Maisse. Cette généraliste parisienne qui exerce dans le quartier latin depuis 1994 est en effet l’un des acteurs (de santé) d’un moyen métrage de 30 minutes qui ambitionne de présenter la médecine en général -et la médecine générale en particulier- sous l’angle du « care ». Dans ce domaine, la réalisatrice n’en est pas à sa première exploration ni des métiers du soin, ni du « prendre soin ». Et c’est tout naturellement que « L’automne de Francine » (titre clin d’œil à la fille de Descartes qui mourut à l’âge de cinq ans) prend sa place après une série de films qui ont donné la parole à des infirmières à domicile (« L’été de Suzanne »), des ASH en soins palliatifs (« Le Noël de Danielle ») ou des aides-soignantes en Ehpad (« Le printemps d’Emilie)... Au cœur de ces productions : le rôle des femmes dans le soin, la place de l’humain et la vulnérabilité des corps et des âmes.

Cette fois, le documentaire met donc en scène des médecins, mais aussi –c’est plutôt rare depuis « La Consultation » d’Hélène de Crécy- des patients qui ont accepté de laisser entrer la caméra dans le colloque singulier. Tura Milo est le médecin traitant de l’époux de Josiane Maisse. Et c’est comme ça que la généraliste a été contactée. Dans le couple, l’un est cinéaste, l’autre scénariste-réalisatrice. Et en leur compagnie, le Dr Milo -que l’on découvre avec des patients de longue date- assure qu’elle a rapidement oublié la caméra : « Il n’y a eu deux jours de tournage, on n’a pas fait 60 prises, c’était de vraies consultations. »

On découvre donc le quotidien de cette généraliste qui fut longtemps attachée dans le service de médecine interne de la Pitié Salpétrière, qui consulte avec son petit chien et explique que pour elle le temps ne compte pas : « quand je travaille, je ne regarde pas l’heure, » commente-t-elle, avouant des consultations d’une demi-heure. On la suit avec plusieurs vieux patients et le film met en lumière un pan essentiel de la médecine générale qu’on a parfois tendance à laisser de côté à l’heure de l’evidence-based médecine. « Je ne peux considérer le patient dans sa globalité, si physiquement je ne l’ai pas examiné dans sa globalité », raconte par exemple le Dr Milo, qui insiste aussi sur l’importance du contact avec le patient.

Dans le documentaire, sa vision de la médecine et du soin est croisée avec l’analyse d’un anesthésiste, Marcel-Louis Viallard aujourd’hui enseignant et responsable de l’unité de soins palliatif de l’hôpital Necker : « si vous partez de l’idée que la base de votre métier c’est d’abord et avant tout rencontrer des gens, alors vous allez croiser un regard », explique-t-il à ses étudiants. Le film évoque aussi les partenaires naturels du médecin généraliste, radiologues notamment. Et comme l’explique Josiane Maisse, il lève le voile sur une facette des grandeurs et servitudes de cette profession : « on entend souvent les médias déplorer la situation économique des médecins généralistes sans assez se pencher sur ce qui fait l’essence même de la difficulté et de la complexité de leur activité quotidienne : la prise en charge du corps des patients. » Le film insiste sur l’importance de cette dimension, alors que le vieillissement de la population place de plus en plus les généralistes dans "une place à part dans la hiérachie des professionnels de santé".

Voir le documentaire :

"L’automne de Francine"; Collection "Du coeur... à l’ouvrage"; 2015; 32 minutes; Josiane Maisse
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir