Les maisons de naissance vont voir le jour

Les maisons de naissance vont voir le jour

03.08.2015
  • Les maisons de naissance vont voir le jour-1

Accoucher sans médecin, ni péridurale. Ce sera bientôt possible dans les maisons de naissances expérimentales qui devraient ouvrir leurs portes dans les prochains mois en France. Ce type d’établissement existe déjà dans de nombreux pays (Allemagne, Suisse, Italie, Espagne, Australie...), mais pas encore  dans notre pays où quelque 800 000 accouchements sont pratiqués chaque année.
 

Le décret  fixant les règles qui vont encadrer ces maisons de naissance est paru samedi au Journal officiel, près de dix-huit mois après le vote de la proposition de loi UDI. Les dix futures maisons de naissance, totalement gérées par des sages-femmes, vont être expérimentées durant cinq ans et seront à proximité immédiate d'une maternité partenaire. Les femmes sans pathologies particulières "dont la grossesse ne présente aucun risque" auront ainsi la possibilité de choisir autre chose que l'accouchement à l'hôpital ou à domicile. Les futures mères seront suivies, du début de leur grossesse à l'accouchement par une même sage-femme. L'intervention d'un médecin et les procédures médicales comme la péridurale seront limitées, pour un accouchement plus "naturel".
 
Chaque maison de naissance devra conclure une "convention" avec un établissement de santé "autorisé à l'activité de soins de gynécologie-obstétrique", et disposer d'un "accès direct" et "sans voie publique à traverser" avec cet établissement, pour pouvoir "assurer dans des conditions compatibles avec l'urgence le transport non motorisé et allongé" de la mère et de l'enfant. En outre, une "consultation préanesthésique" devra être réalisée dans l'établissement partenaire sinon, "l'accouchement ne pourra avoir lieu au sein de la maison de naissance ". 
 
Ces structures comporteront un effectif de sages-femmes "suffisant pour garantir la qualité et la sécurité de l'accueil et de la prise en charge des femmes enceintes inscrites". Elles devront être "en mesure de pouvoir intervenir à tout moment, tous les jours de l'année, dans un délai compatible avec l'impératif de sécurité". Et au moment de l’accouchements, deux sages-femmes doivent être présentes dans les locaux, notamment en cas de "situation d'urgence" nécessitant le transfert de la mère et de l'enfant.
 
Enfin, la maison de naissance sera tenue d'organiser les dépistages obligatoires pour tous les nouveau-nés (mucoviscidose, hypothyroïdie...) et d'informer la mère sur le dépistage précoce de la surdité permanente néonatale. 
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Epilepsie ANSM

Après le valproate, l'ANSM pointe les risques de cinq autres antiépileptiques durant la grossesse

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de publier une analyse sur les risques de malformations et de troubles neuro-développementaux chez les enfants...1

4 915 euros en moyenne pour les généralistes, la Rosp est repartie à la hausse en 2018

ROSP

La première année de la rémunération sur objectif de santé publique (ROSP), nouvelle génération, qui avait vu le jour avec la convention de... 6

E-prescription, appli carte Vitale, plateforme de services… le gouvernement veut accélérer le virage numérique

DMP

La santé amorce un important virage numérique qui devrait révolutionner l'exercice de la médecine dans les toutes prochaines années.... 1

Gériatrie LA FRAGILITÉ DES PERSONNES ÂGÉES ET SA DÉTECTION EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Consultation

La fragilité est un syndrome clinique qui concerne 10 % à 20 % des 65 ans et plus. Sa détection et la mise en place d'un plan de soins... 1

Parasitologie L'ASCARIDIOSE Abonné

L'ASCARIDIOSE

L’ascaridiose est la parasitose tropicale la plus fréquente. En Europe, la contamination est pauci-parasitaire, et souvent la clinique... Commenter

A découvrir