Les maisons de naissance vont voir le jour

Les maisons de naissance vont voir le jour

03.08.2015
  • Les maisons de naissance vont voir le jour-1

Accoucher sans médecin, ni péridurale. Ce sera bientôt possible dans les maisons de naissances expérimentales qui devraient ouvrir leurs portes dans les prochains mois en France. Ce type d’établissement existe déjà dans de nombreux pays (Allemagne, Suisse, Italie, Espagne, Australie...), mais pas encore  dans notre pays où quelque 800 000 accouchements sont pratiqués chaque année.
 

Le décret  fixant les règles qui vont encadrer ces maisons de naissance est paru samedi au Journal officiel, près de dix-huit mois après le vote de la proposition de loi UDI. Les dix futures maisons de naissance, totalement gérées par des sages-femmes, vont être expérimentées durant cinq ans et seront à proximité immédiate d'une maternité partenaire. Les femmes sans pathologies particulières "dont la grossesse ne présente aucun risque" auront ainsi la possibilité de choisir autre chose que l'accouchement à l'hôpital ou à domicile. Les futures mères seront suivies, du début de leur grossesse à l'accouchement par une même sage-femme. L'intervention d'un médecin et les procédures médicales comme la péridurale seront limitées, pour un accouchement plus "naturel".
 
Chaque maison de naissance devra conclure une "convention" avec un établissement de santé "autorisé à l'activité de soins de gynécologie-obstétrique", et disposer d'un "accès direct" et "sans voie publique à traverser" avec cet établissement, pour pouvoir "assurer dans des conditions compatibles avec l'urgence le transport non motorisé et allongé" de la mère et de l'enfant. En outre, une "consultation préanesthésique" devra être réalisée dans l'établissement partenaire sinon, "l'accouchement ne pourra avoir lieu au sein de la maison de naissance ". 
 
Ces structures comporteront un effectif de sages-femmes "suffisant pour garantir la qualité et la sécurité de l'accueil et de la prise en charge des femmes enceintes inscrites". Elles devront être "en mesure de pouvoir intervenir à tout moment, tous les jours de l'année, dans un délai compatible avec l'impératif de sécurité". Et au moment de l’accouchements, deux sages-femmes doivent être présentes dans les locaux, notamment en cas de "situation d'urgence" nécessitant le transfert de la mère et de l'enfant.
 
Enfin, la maison de naissance sera tenue d'organiser les dépistages obligatoires pour tous les nouveau-nés (mucoviscidose, hypothyroïdie...) et d'informer la mère sur le dépistage précoce de la surdité permanente néonatale. 
Source : Legeneraliste.fr
Commentez 4 Commentaires
 
FRANCINE D Autre 05.08.2015 à 10h39

Quand le progrés n'est qu'un leurre! On " bousille "ce qui est en place pour le remplacer par l'identique mais avec une grosse différence c'est qu'encore une fois on range les médecins au placard! A Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 04.08.2015 à 11h12

Quel progrès !! :((

Répondre
 
yves m Médecin ou Interne 04.08.2015 à 18h01

admirative ou dubitative????
Les femmes auront à nouveau le droit de souffrir pour enfanter .....mais elle feront mettre de l'Emla pour les vaccins des petits .

Répondre
 
HENRI B Médecin ou Interne 03.08.2015 à 20h06

Ça valait le coup de fermer les petites maternités où n'exerçaient "que" des médecins.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir