Le profil de sécurité de la vaccination anti-HPV sous l’œil de l’EMA

Le profil de sécurité de la vaccination anti-HPV sous l’œil de l’EMA

14.07.2015

Sans remettre en cause les bénéfices de la vaccination, l’agence européenne du médicament (EMA) vient de lancer une analyse du profil de sécurité des vaccins anti-HPV. Cette décision fait suite à la demande des autorités sanitaires danoises alertées par la constatation de deux effets indésirables, rares, en post-vaccinal. Le premier, un syndrome douloureux chronique complexe, de type algodystrophique localisé aux membres supérieurs et/ou inferieurs, ou de type fibromyalgique. Le second, un syndrome de  tachycardie orthostatique posturale, source de vertiges et de malaises vagaux, de céphalées, de douleur thoracique et de fatigue.

Ces deux tableaux cliniques, observées chez des jeunes filles vaccinées, avaient déjà été identifiés en pharmacovigilance de routine mais aucun lien de cause à effet n’a encore jamais été démontré. Dans son communiqué, l’agence européenne précise bien que « ces syndromes peuvent exister chez des sujets non vaccinés mais qu’en l’occurrence, le nombre de notifications serait plus important chez les sujets vaccinés. »

Trois vaccins anti-HPV sont disponibles en Europe : - le Gardasil, actif contre 4 serotypes d’HPV (6, 11, 16 et 19) a obtenu son Amm européenne en septembre 2006 en prévention du cancer du col de l’utérus et de l’anus, et des condylomes génitaux, - une nouvelle forme de Gardasil active contre 9 valences (6, 11, 16, 18, 31, 33 45, 52 et 58) vient d’être approuvée en Europe en juin dernier dans les mêmes indications, et – le vaccin Cervarix actif contre deux types de virus, le 16 et le 18, a été retenu en septembre 2007 en prévention contre le cancer du col chez la femme et la jeune fille.

L’agence précise qu’au cours de cette procédure de révision du profil de sécurité, aucun changement dans les stratégies vaccinales ne doit être entamé. IL appartiendra au Comité d’évaluation de pharmacovigilance de l’EMA (PRAC) de statuer au terme de son analyse sur l’éventuelle nécessité de modifier l’information produit à destination du corps médical et des usagers.

  • .

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dictionnaire

« Doctoresse » ? L’Académie française valide, « ridicule » selon l'Association des femmes médecins

Il sera bientôt officiellement possible de prendre rendez-vous chez une « doctoresse » ! L’Académie française s’apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers, selon une...7

Le généraliste Michel Chassang quitte l’UNAPL après six ans de mandat

Michel Chassang

Après six ans de bons et loyaux services, le Dr Michel Chassang quitte la présidence de l’UNAPL (Union nationale des professions... Commenter

Good morning Doctor [Audio] Le patient douloureux anglophone

Union Jack

La douleur est l’un des premiers motifs de consultation en médecine générale. Plusieurs mots existent en anglais pour la désigner. Le... Commenter

Gynécologie LA VAGINOSE BACTÉRIENNE Abonné

Vagin

La vaginose bactérienne, comme une infection à Gardnerella vaginalis, est un problème pour le praticien du fait de ses récidives... Commenter

ORL L’OSTÉOME DU SINUS FRONTAL Abonné

fmc

Les ostéomes des sinus de la face sont localisés au niveau frontal le plus souvent. Cliniquement, ils sont souvent asymptomatiques. Le... Commenter

A découvrir