Le profil de sécurité de la vaccination anti-HPV sous l’œil de l’EMA

Le profil de sécurité de la vaccination anti-HPV sous l’œil de l’EMA

14.07.2015

Sans remettre en cause les bénéfices de la vaccination, l’agence européenne du médicament (EMA) vient de lancer une analyse du profil de sécurité des vaccins anti-HPV. Cette décision fait suite à la demande des autorités sanitaires danoises alertées par la constatation de deux effets indésirables, rares, en post-vaccinal. Le premier, un syndrome douloureux chronique complexe, de type algodystrophique localisé aux membres supérieurs et/ou inferieurs, ou de type fibromyalgique. Le second, un syndrome de  tachycardie orthostatique posturale, source de vertiges et de malaises vagaux, de céphalées, de douleur thoracique et de fatigue.

Ces deux tableaux cliniques, observées chez des jeunes filles vaccinées, avaient déjà été identifiés en pharmacovigilance de routine mais aucun lien de cause à effet n’a encore jamais été démontré. Dans son communiqué, l’agence européenne précise bien que « ces syndromes peuvent exister chez des sujets non vaccinés mais qu’en l’occurrence, le nombre de notifications serait plus important chez les sujets vaccinés. »

Trois vaccins anti-HPV sont disponibles en Europe : - le Gardasil, actif contre 4 serotypes d’HPV (6, 11, 16 et 19) a obtenu son Amm européenne en septembre 2006 en prévention du cancer du col de l’utérus et de l’anus, et des condylomes génitaux, - une nouvelle forme de Gardasil active contre 9 valences (6, 11, 16, 18, 31, 33 45, 52 et 58) vient d’être approuvée en Europe en juin dernier dans les mêmes indications, et – le vaccin Cervarix actif contre deux types de virus, le 16 et le 18, a été retenu en septembre 2007 en prévention contre le cancer du col chez la femme et la jeune fille.

L’agence précise qu’au cours de cette procédure de révision du profil de sécurité, aucun changement dans les stratégies vaccinales ne doit être entamé. IL appartiendra au Comité d’évaluation de pharmacovigilance de l’EMA (PRAC) de statuer au terme de son analyse sur l’éventuelle nécessité de modifier l’information produit à destination du corps médical et des usagers.

  • .

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

Infirmière en pratique avancée : la profession dénonce un dispositif trop « hospitalier » et rectifie le décret

D'ici quelques jours, le ministère de la Santé devrait remettre aux syndicats de médecins une nouvelle version du décret encadrant les Infirmières en pratique avancée (IPA). Fustigée par l'ensemble...1

Épidémie de rougeole, où en est-on ?

Virus de la rougeole

On en parle moins, cependant l'épidémie de rougeole sévit toujours en Fance, puisque d'après le dernier bulletin hebdomadaire publié hier... 1

Agnès Buzyn, femme politique la plus influente du premier trimestre 2018

Agnès Buzyn

Stratégie de transformation du système de santé, plan prévention, financement des Ehpad… Depuis le début de l'année, Agnès Buzyn est sur... 1

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir