Pour les sénateurs, le burn-out ne doit pas faire partie des maladies professionnelles

Pour les sénateurs, le burn-out ne doit pas faire partie des maladies professionnelles

25.06.2015
  • Pour les sénateurs, le burn-out ne doit pas faire partie des maladies professionnelles-1

Aussitôt intégré, aussitôt retiré. Alors que l’Assemblée nationale avait envisagé la possibilité que le burn-out fasse partie des maladies professionnelles, en proposant l’idée dans le projet de loi sur le dialogue social, le Sénat a fait volte face ce mercredi. En première lecture au palais du Luxembourg, les sénateurs il s’est trouvé une majorité de sénateurs pour retirer le burn-out de la liste des maladies professionnelles.

Cet amendement adopté par les députés socialistes...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 7 Commentaires
 
marie christine h Médecin ou Interne 26.06.2015 à 10h51

de diagnostic avec la dépression. Protégeons la société de tous ces narcissiques, qui sévissent aussi dans le monde politique...

Répondre
 
PATRICK C Médecin ou Interne 26.06.2015 à 08h07

Ouf les confréres ne seront pas débordés de demandes incongrues de reconnaissance de burn out.Nous vivons une époque ou l'on est rapidement épuisé, travailler c'est trop dur. Je me rappelle de notre Lire la suite

Répondre
 
PATRICK M Médecin ou Interne 26.06.2015 à 13h57

Voila un con-frère bien loin des réalités de la vie de ses concitoyens. Médecin, un métier de privilégiés ? Je ne le savais pas mais je vais finir par le penser !

Répondre
 
BRUNO B Médecin ou Interne 25.06.2015 à 22h07

Sagesse liée à l'âge des sénateurs ? Peu importe devant ce syndrome aux contours non définis , dans l'intérêt de tous il faut s'opposer à la création d'une nouvelle pseudo maladie aux origines Lire la suite

Répondre
 
PATRICK M Médecin ou Interne 26.06.2015 à 14h01

Et oui, il fallait leur dire avant qu'ils ne passent à l'acte, aux suicidés de chez Orange, et Compagnie, vous n'avez aucune raison de vous suicider, vous n'avez pas une vrai maladie qu'on vous dit ! Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 25.06.2015 à 20h51

sénateur, mais ça sert à quoi? ce qui est sur , c'est qu'eux , ne vont pas faire de burn-out , au train ou ils se trainent.......... supprimons cette cohorte de "bon à rien".....

Répondre
 
PATRICK M Médecin ou Interne 26.06.2015 à 13h56

enfin un commentaire cohérent !

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Contraception

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1 points entre 2013 et 2016. Cette désaffection pour la pilule...Commenter

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... Commenter

Campagne de l'industrie du médicament pour valoriser l'innovation

.

« La force d’innovation des entreprises du médicament est largement méconnue du grand public." C'est bien conscient de cette lacune, perçu... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir