Davantage de problèmes de santé chez les enfants adoptés

Davantage de problèmes de santé chez les enfants adoptés

07.06.2015

Les jeunes adoptés ont un moins bon état de santé que les enfants biologiques. Une étude réalisée d'avril 2013 à avril 2014 par la fédération d'associations départementales Enfance et Familles d'adoption auprès de 1.450 jeunes de 15 à 30 ans -à 83% adoptés (nés en Amérique latine, Afrique, Asie, France et Europe de l'Est) et 17% biologiques- montre que 32% des premiers sont concernés par au moins un problème de santé contre 11% du groupe témoin. Ces différences d’état sanitaire se manifestent souvent par des séquelles de malnutrition ou de traitements médicaux, des hospitalisations de plus d'un mois plus fréquentes ou un handicap mental. Et ces problèmes concernent davantage les enfants nés en Europe de l'Est et en France, mais moins ceux nés en Asie.

Les enfants ayant souffert avant leur adoption de maltraitance, d'accueils successifs ou ayant vécu dans la rue encourent aussi des risques de carence affective. La maltraitance est "probable ou certaine" pour 30% des adoptés et toucherait jusqu'à un sur deux de ceux nés en Amérique latine ou Europe de l'Est. "Dans d'autres régions du monde, elle est peut-être passée sous silence", souligne Janice Peyré, présidente d'honneur de la fédération. Au total, seuls un enfant sur deux (52%) n’a souffert ni de carence affective ni de problème de santé précoce.

L'étude montre cependant que l’adoption a permis ensuite d’améliorer les choses. Ainsi, 89% des adoptés (contre 93% de leurs frères et soeurs d'adoption) ont une bonne ou très bonne estime d'eux-mêmes et 68% (contre 84% des "biologiques") sont satisfaits de leur vie. Mais, alors que 92% des "biologiques" sont orientés en filière générale, ce ne sont que 50% des garçons adoptés et 65% des filles qui le sont. 90% des "biologiques" ont au moins le bac, contre 53% pour les adoptés. L'étude considère toutefois que "les jeunes adoptés ont une insertion sociale comparable" à leur fratrie d'adoption (au vu des sorties, activités sportives et amicales), malgré des discriminations négatives ressenties par 65% des jeunes qui s'estiment d'apparence étrangère.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Antoine Perrault

Dr Antoine Perrault : « Chez les remplaçants, il y a un véritable problème d'engagement au service de la population »

Antoine Perrault est maire de Saint-Julien-sur-Sarthe (Orne) depuis 25 ans. La semaine dernière, il faisait partie des édiles qui ont pu interroger le chef de l’État, lors du lancement du Grand...7

Bébés sans bras : trois nouveaux cas suspects dans les Bouches-du-Rhône

.

La liste des cas groupés (aussi appelés "clusters") d'agénésies transverse des membres supérieurs (ATMS) s'allonge. Le journal Le Parisien... 1

Une plainte auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme pour pénurie de Sinemet®

Cour européenne des droits de l'Homme

Suite à l'immense difficulté de se procurer du Sinemet® (lévodopa/carbidopa) pour sa femme qui souffre d'une maladie de Parkinson, un homme... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir