Sondage - Aux yeux des Français, le généraliste travaille bien... mais devrait être payé moins !

SondageAux yeux des Français, le généraliste travaille bien... mais devrait être payé moins !

19.04.2015

Les généralistes ont la cote auprès des Français… mais leur cote est fort mal évaluée par ceux qu'ils soignent… En zoomant sur le dernier Baromètre d’opinion* rendu public par la Drees cette semaine, on retiendra ces deux opinions contradictoires des patients à l’égard de leur médecin traitant.

Les médecins tgénéralistes en tireront d’abord un motif de satisfaction. Car la perception de l’opinion à leur égard est toujours au beau fixe. Jugez plutôt : 90% des sondés estiment satisfaisante la qualité des soins dispensés au cabinet du généraliste. C’est plus que pour les infirmières libérales pourtant bien appréciées (87%), les spécialistes de ville (84%), les dentistes (81%). Toutes professions de ville qui, dans le cœur des Français, dépassent nettement les hôpitaux publics (75%), les cliniques privées (71%) et les maternités (70%). Et c’est pour ne rien dire de la qualité des soins perçue aux urgences qui ne trouve grâce qu’aux yeux d’une petite majorité (57%) de nos concitoyens.

Qui aime bien, châtie bien ? En pleine revendication tarifaire, la perception de leurs émoluments par le grand public pourrait inquiéter en revanche les médecins généralistes. On s’aperçoit d’abord que les revenus de la profession sont assez sous-évalués par les Français : 4930€ net par mois, estiment les sondés de la Drees, qui se trompent donc d’au moins 1000 € si l’on se réfère aux données officielles. Un montant en tout cas bien suffisant aux yeux des Français, qui préconiseraient même de rémunérer un peu moins les praticiens : le juste prix s’établissant, selon eux à 4760€, soit 3% de moins que leurs estimations et 20% de moins que ce qui fait, en moyenne, l’ordinaire du généraliste ! La moitié des sondés proposant un montant situé entre 3414€ et 6683€. Les personnes interrogées ne sont pas aussi rigoureuses avec les ouvriers pour lesquels elles trouveraient raisonnable que l’on augmente leur salaire de 24%, ni pour les instituteurs (+17%). En revanche, elles prescriveraient une cure d’amaigrissement plus radicale pour les PDG (- 54%) !

En tout cas, pour les médecins, la bataille de l’opinion n’est pas gagnée pour de futures revalos, du moins si l’on en croit ce sondage. De fait, quand le Baromêtre interroge les assurés sur leur solution préférée pour réduire le déficit de la branche maladie, celle qui vient immédiatement en tête, suggérée par 84% des répondants est de « limiter les tarifs des professionnels de santé… »

*Baromètre réalisé par BVA : 3000 personnes majeures interrogées d’octobre à décembre 2014
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Agnès Buzyn en visio au congrès de la CSMF

En direct de l'Université d'été de la CSMF Retraites, revalos, lapins… les réponses de Buzyn aux inquiétudes des médecins libéraux

La 25e Université d’été de la CSMF a ouvert ses portes vendredi au Palais des congrès d’Antibes-Juan-les-Pins dans un contexte marqué par une actualité de la santé aussi brûlante que le thermomètre...8

Vin et santé : un médecin voit rouge contre les « prohibitionnistes »

Vignoble

Chirurgien digestif et ancien rédacteur au Généraliste, le Dr Marc Lagrange, défend les bénéfices sur la santé du vin à doses modérées. Le... 3

Deuil infantile : le trauma du non-dit

Couverture

Dans « Blessures », François-Xavier Perthuis relate comment la disparition de sa petite sœur est restée un traumatisme. Le kinésithérapeute... Commenter

Diabétologie PAS D'“EFFET MÉMOIRE” DU CONTRÔLE INTENSIF DU DIABÈTE Abonné

Controle diabète

VADT, étude de suivi de patients DT2 sur 15 ans, a pendant ses 5,6 premières années comparé l'effet d'un contrôle intensif du DT2 vs... Commenter

ORL TOUT VERTIGE POSITIONNEL N’EST PAS BÉNIN Abonné

Fig.2

Le diagnostic de VPPB doit être basé sur des éléments cliniques précis et concordants. Toute discordance doit remettre en cause le... Commenter

A découvrir