C’est arrivé le… 15 mars 1854 - Naissance de Von Behring, le premier prix Nobel de médecine

C’est arrivé le… 15 mars 1854Naissance de Von Behring, le premier prix Nobel de médecine

15.03.2015
  • Naissance de Von Behring, le premier prix Nobel de médecine  - 1

    Naissance de Von Behring, le premier prix Nobel de médecine

Cinquième d’une famille de douze enfants, Von Behring connut une enfance difficile. Son père, modeste instituteur, ne put ainsi financer les études de médecine qu’il souhaitait faire. Heureusement, un de ses maîtres à la faculté de théologie de Koenigsberg lui suggéra d’intégrer l’école de santé militaire de Berlin (Kaiser-Wilhelm-Akademie für das militärärztliche Wesen) où les études étaient gratuites en échange d’un engagement de plusieurs années dans l’armée.

Médecin militaire à 24 ans, Von Behring exerça en tant qu’interne à l'hôpital de la Charité où il fut amené à soigner beaucoup de soldats présentant des blessures infectées, ce qui l’amena à se passionner pour l'antisepsie et la neutralisation des effets microbiens. Entre 1881 et 1883, il étudie ainsi l’action du lodoform, découvrant que s’il ne tue pas les microbes, il peut neutraliser les poisons qu’ils dégagent et est ainsi antitoxique.

Von Behring et Ehrlich, indissociables mais pas franchement amis...

Envoyé à Bonn pour perfectionner ses méthodes expérimentales par le conseil d'administration de la santé militaire, Behring fut ensuite muté à l'Institut d'Hygiène de Berlin dirigé par le Dr Robert Koch (l’homme du bacille). Il intégra l’équipe de Koch en même temps qu’Ehrilch, né un jour avant lui, et futur prix Nobel lui aussi dont nous avons évoqué la carrière toute aussi brillante dans notre éphéméride d’hier, 14 mars. Même si les deux hommes ne s’appréciaient guère, leurs noms allaient bientôt devenir indissociables, leurs recherches se complétant.

Recherches sur la diphtérie et le tétanos

Dès son arrivée dans l’équipe de Koch, Von Behring attira l’attention sur lui avec trois publications consacrées à deux maladies faisant rage à l’époque : la diphtérie et le tétanos. Il démontra ainsi l’existence d'un facteur humoral chez des animaux immunisés contre la toxine du tétanos ou de la diphtérie puis que l'immunité à la diphtérie pourrait être produite par l'injection à des animaux de la toxine diphtérique neutralisée par l'antitoxine de diphtérie.

En 1901, Behring fut le premier lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine « pour son travail sur la thérapie par le sérum, particulièrement son application contre la diphtérie, grâce à laquelle il a ouvert une nouvelle voie dans le domaine de la science médicale et par conséquent placé dans les mains du médecin une arme victorieuse contre la maladie et la mort ».

Mais après avoir reçu son prix, victime de sa santé précaire, Von Behring dut ralentir ses recherches, les consacrant alors essentielllement à la tuberculose. Pour l’y aider fut créée l’entreprise Behringwerke AG, véritable pendant de l’institut Pasteur pour la fabrication de sérums et de vaccins, mais avec un statut d’entreprise industrielle. Berhingwerke deviendra en 1952 une filiale à 100% de Hoechst. En 1913, Behring proposa un vaccine contre la diphtérie. Mais celui-ci ne se révéla efficace qu’en laboratoire.

Von Behring est mort en 1917 des suites d’une pneumonie dans son grand domaine de Marburg.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

En direct des rencontres de ReAGJIR à Avignon Infirmière en pratique avancée : un métier pensé pour l’hôpital ?

Les infirmiers en pratique avancée (IPA) feront-ils évoluer la pratique des généralistes ? Les jeunes généralistes ont découvert les contours de la collaboration avec ces futurs professionnels ce...6

Un docu poignant sur les derniers jours d'un médecin de campagne sans successeur

Laine

C'est l'histoire d'un médecin de campagne. Un généraliste isolé, qui travaille à l'ancienne. De 7h30 à 21h30. Tous les jours sauf le... 16

La méditation en pleine conscience, solution pour prévenir le burn-out des soignants ?

Méditation

Prévenir l'apparition des risques psychosociaux est possible. Mercredi, lors du 4e colloque de l’association SPS (soins aux professionnels... 10

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir