A Paris, Bernard Jomier veut « redonner la liberté de choix » d’installation aux généralistes

A Paris, Bernard Jomier veut « redonner la liberté de choix » d’installation aux généralistes

14.03.2015
  • A Paris, Bernard Jomier veut « redonner la liberté de choix » d’installation aux généralistes  - 1

    A Paris, Bernard Jomier veut « redonner la liberté de choix » d’installation aux généralistes

Le seuil d’alerte est dépassé dans la capitale concernant la démographique médicale. Aussi, la ville de Paris met-elle en place un dispositif pour attirer les généralistes dans la capitale. En début de semaine prochaine, au Conseil de Paris, le Dr Bernard Jomier, responsable des questions de santé à la Mairie de Paris, fera donc adopter un plan d’aide à l’installation des médecins. Il en présente les grandes lignes pour legeneraliste.fr.

Pourquoi un plan d’aide à l’installation des médecins ?

Paris est le département qui a perdu le plus de généralistes en cinq ans. Il y a un effondrement de tout le système de soins de proximité qui régresse. Cela a des conséquences en termes d’accès, il y a un recours excessif au système hospitalier. Si aujourd’hui on décidait de ne rien faire, d’ici à 5 ans on perdrait 300 généralistes. Mais déjà aujourd’hui, le système de soins primaires à Paris ne peut plus remplir ses missions, il est donc urgent de redynamiser le secteur 1. Le principal obstacle à ça, c’est le coût du foncier dans la capitale qui est un vrai frein à l’installation.

Comment le plan d’action compte remédier à ça ?

Nous allons mettre à disposition des locaux de notre parc social à des loyers 30 à 50% moins chers. Les locaux sont situés dans des quartiers prioritaires déterminés par l’ARS, on en trouve dans 14 arrondissements de Paris. En complément, les médecins recevront également une subvention de 15 000 euros qui peut être doublée et monter jusqu’à 30 000 euros dans certaines zones déficitaires du nord-est. Certains me reprochent une aide trop importante mais je crois que c’est ce qu’il faut faire, que c’est nécessaire aujourd’hui.

Est-ce qu’il y a des contreparties pour les médecins qui en bénéficient ?

Ils doivent signer une charte d’engagement. Ils s’engagent à rester au moins trois ans et à pratiquer en secteur 1, donc à respecter les tarifs opposables. Les locaux sont destinés à un exercice regroupé avec au minimum trois professionnels et on privilégie le côté pluridisciplinaire. Les médecins doivent participer à des actions de santé publique, qui correspondent plus ou moins aux objectifs de la ROSP, et à la PDSA. On demande également à ce qu’ils utilisent les mêmes logiciels pour partager les dossiers. On est loin du cahier des charges d’une MSP, ce sont des engagements qui de toutes façons correspondent à la façon dont les jeunes travaillent aujourd’hui, donc ce n’est pas un problème.

Qu’attendez-vous de ce plan ?

Même si les médecins s’engagent pour trois ans, on espère bien sûr qu’ils restent plus longtemps. On a déjà des médecins qui viennent nous voir avec des projets, seuls ou à plusieurs, qui attendaient ce dispositif. La contrainte foncière a un impact important et ce qu’on veut c’est simplement rétablir la liberté de choix, qu’ils puissent choisir Paris s’ils le désirent.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...12

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 5

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir