Opposants et partisans de l’euthanasie n’ont pas réussi à modifier le texte sur la fin de vie

Opposants et partisans de l’euthanasie n’ont pas réussi à modifier le texte sur la fin de vie

12.03.2015
  • Opposants et partisans de l’euthanasie n’ont pas réussi à modifier le texte sur la fin de vie - 1

C’est dans la nuit de mercredi à jeudi que l’Assemblée Nationale a achevé l’examen de la loi sur la fin de vie. Et sans surprise, les députés se sont prononcés en faveur de l’article central de la proposition de loi des députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP). Le texte prévoit donc d’intégrer pour la première fois dans la légisalation le droit à "une sédation profonde et continue" jusqu’à la mort pour les personnes atteintes de maladies incurables et particulièrement douloureuses. Les médecins pourront décider de cette possibilité de "dormir avant de mourir pour ne pas souffrir", selon l'expression de Jean Leonetti, à condition que "le pronostic vital soit engagé à court terme" et que la souffrance du malade ne puisse être apaisée par les traitements habituels. La sédation profonde et continue sera aussi possible suite à la décision du patient d’arrêter son traitement, si celle-ci engage son pronostic vital à court terme. Enfin, dans une situation où le patient ne serait pas à même de se prononcer sur ce qu’il souhaite et que les traitements ont déjà été arrétés par son médecin pour ne pas "s’obstiner déraisonnablement à le garder en vie", ce dernier pourra décider de placer son patient en sédation.

Après avoir mardi repoussé un amendement légalisant l’euthanasie, les députés ont rejeté mercredi des amendements UMP qui tentaient de réduire la portée de la sédation terminale en permettant explicitement aux médecins de refuser de la pratiquer.

Certains amendements ont en revanche été adoptés sur la formation aux soins palliatifs des étudiants en médecine ou des infirmiers etc, l’obligation pour les hôpitaux de tenir un registre (anonyme) des cas de sédation jusqu’au décès et enfin le droit à toute personne de refuser un traitement tout en restant suivi par son médecin.

Enfin, les députés ont voté le caractère désormais contraignant des "directives anticipées" par lesquelles chacun peut stipuler à l'avance son refus d'un acharnement thérapeutique. Le nouveau texte prévoit qu'elles s'imposeront au médecin "sauf en cas d'urgence vitale pendant le temps nécessaire à une évaluation complète de la situation", et qu'elles seront sans limite de validité mais révisables et révocables à tout moment.

Comme prévu le vote définitif sur l’ensemble du texte aura lieu mardi prochain.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 5 Commentaires
 
Pierre H Autre Professionnel Santé 13.03.2015 à 11h40

phellier Je crois que c'est un bon texte

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 13.03.2015 à 20h59

depuis que j'ai fréquenté les hôpitaux , en 60 70, j'ai toujours entendu parler de cocktail lytiques, que j'ai SINCEREMENT utilisés ,dans ma pratique, sans gloriole

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 12.03.2015 à 21h43

tu crèves , de faim ,de soif, qui est capable de dire ce qui se passe dans ton cerveau? qui me répondra ? personne , loi de faux culs...

Répondre
 
DOMINIQUE D Médecin ou Interne 13.03.2015 à 05h52

Tout à fait d'accord.Heureusement la Suisse est proche de la France

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 13.03.2015 à 20h55

OK , mais il faut ,pouvoir disposer de 8000 euros, c'est discriminatoire...

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...15

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 10

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir