Santé numérique : des inquiétudes sur la protection des données

Santé numérique : des inquiétudes sur la protection des données

04.03.2015

Le smartphone va-t-il remplacer le carnet de santé ? La question se pose, à l’heure où les applications et objets connectés dans le domaine de la santé se multiplient. « D’ici quelques années, les nouvelles technologies permettront en soufflant dans son téléphone de surveiller une quinzaine de paramètres physiologiques de première importance », affirme Vincent Genet, de la société de conseil Alcimed. Mais d’après lui, cette « lame de fond inexorable » que constitue la e-santé « entraîne des inquiétudes à partir du moment où des individus saisissent eux-mêmes des données dans un système, sans nécessairement lire toutes les conditions générales ».

Selon une récente étude Vidal, 17 % des médecins français ont recommandé des applications mobiles à leurs patients, notamment pour le suivi de la glycémie et de la tension, l’année dernière. Un chiffre deux fois plus important qu’en 2 013. Ils sont également de plus en plus nombreux à conseiller des objets connectés capables d’assurer des fonctions de contrôle. Et ce alors même que leur confidentialité n’est pas garantie. Mais, selon Vincent Bonneau, de l’Idate, bureau d’études spécialisées dans le secteur des télécoms et d’internet, l’important pour les médecins n’est pas tant la protection des données médicales que leur fiabilité.

Il n’en reste pas moins que la protection des données de santé est d’actualité, en attestent les inquiétudes suscitées par le projet de loi de santé sur le sujet. En effet, on note d’ores et déjà aux États-Unis le risque de l’utilisation de telles données par des acteurs non médicaux. À commencer par les compagnies d’assurance qui les utiliseraient pour personnaliser les contrats d’individuels en fonction des pathologies. Et en tireraient de sérieux gains financiers. Selon l’AFP, certains grands assureurs achètent des relevés de tickets de caisses liés aux cartes de fidélité. Si la e-santé permet d’engranger de réels bénéfices, tant en termes d’économies pour la sécurité sociale que d’espérance de vie, il est urgent de la sécuriser.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
G Perez

Les portraits de l'été Le Dr Perez veut aider les diabétiques à échapper aux médicaments grâce à l’activité physique

« Les patients diabétiques n’ont pas d’équilibre alimentaire et ne font pas d’activité physique. Cela fait naître la maladie, avant de l’entretenir. » Tel fut le premier constat du Dr Gaëlle Perez,...4

Les dossiers qui ont marqué l'année Le cloud, ennemi du secret médical ?

Visu Lead p10-12

Applis santé, objets connectés, services de rendez-vous en ligne... À l’ère du tout numérique, les données de santé n’ont jamais été aussi... Commenter

Zoom en vidéo [Vidéo] Exposition des adolescents à la pornographie : une hausse inquiétante, alertent les gynécologues

adolescent et ordinateur

C’est un appel solennel qu’a souhaité lancer aujourd’hui le collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) : face à... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir