Santé numérique : des inquiétudes sur la protection des données

Santé numérique : des inquiétudes sur la protection des données

04.03.2015

Le smartphone va-t-il remplacer le carnet de santé ? La question se pose, à l’heure où les applications et objets connectés dans le domaine de la santé se multiplient. « D’ici quelques années, les nouvelles technologies permettront en soufflant dans son téléphone de surveiller une quinzaine de paramètres physiologiques de première importance », affirme Vincent Genet, de la société de conseil Alcimed. Mais d’après lui, cette « lame de fond inexorable » que constitue la e-santé « entraîne des inquiétudes à partir du moment où des individus saisissent eux-mêmes des données dans un système, sans nécessairement lire toutes les conditions générales ».

Selon une récente étude Vidal, 17 % des médecins français ont recommandé des applications mobiles à leurs patients, notamment pour le suivi de la glycémie et de la tension, l’année dernière. Un chiffre deux fois plus important qu’en 2 013. Ils sont également de plus en plus nombreux à conseiller des objets connectés capables d’assurer des fonctions de contrôle. Et ce alors même que leur confidentialité n’est pas garantie. Mais, selon Vincent Bonneau, de l’Idate, bureau d’études spécialisées dans le secteur des télécoms et d’internet, l’important pour les médecins n’est pas tant la protection des données médicales que leur fiabilité.

Il n’en reste pas moins que la protection des données de santé est d’actualité, en attestent les inquiétudes suscitées par le projet de loi de santé sur le sujet. En effet, on note d’ores et déjà aux États-Unis le risque de l’utilisation de telles données par des acteurs non médicaux. À commencer par les compagnies d’assurance qui les utiliseraient pour personnaliser les contrats d’individuels en fonction des pathologies. Et en tireraient de sérieux gains financiers. Selon l’AFP, certains grands assureurs achètent des relevés de tickets de caisses liés aux cartes de fidélité. Si la e-santé permet d’engranger de réels bénéfices, tant en termes d’économies pour la sécurité sociale que d’espérance de vie, il est urgent de la sécuriser.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 05.03.2015 à 18h57

les assureurs sont ravis , c'est le désastre du 21eme siecle, a force de bidouiller son "machin" , on oublie le patient, à qui parler? à son "machin"?

Répondre
 
YVES M Médecin ou Interne 06.03.2015 à 16h14

Tiens , pour une fois nous sommes d'accord...!!

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Dossier congrès

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions Abonné

ouv

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la... Commenter

Stratégie nationale de santé Agnès Buzyn joue la concertation Abonné

.

La ministre a mis au point en début de semaine une Stratégie Nationale de Santé (SNS) en quatre points qui sera la feuille de route du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir