Numerus clausus à l’installation : une initiative parlementaire vivement critiquée

Numerus clausus à l’installation : une initiative parlementaire vivement critiquée

04.03.2015
  • Numerus clausus à l’installation : une initiative parlementaire vivement critiquée - 1

« Calquer le modèle d’installation des médecins sur celui des pharmaciens ». Tel est le sens de la proposition de loi de Philippe Folliot, déposée le 18 février dernier sur le bureau de l’Assemblée nationale. L’élu du Tarn (UDI) espère en ce sens lutter contre les déserts médicaux. Partant du constat « que tout ce qui a été fait depuis une dizaine d’années n’a pas réussi », il entend « passer de l’incitation à l’action ». Soutenu dans sa troisième tentative – il a déjà déposé deux textes similaires lors des précédentes législatures- par une quarantaine de parlementaires de l’opposition, il suggère des « mesures coercitives » et des incitations financières pour remédier aux disparités géographiques dans l’offre de soins.

Un numerus clausus à l’installation. Notant « que personne ne remet en cause aujourd’hui le mode d’installation des pharmaciens », Philippe Folliot propose que la logique prévalant pour les officines libérales s’applique aux médecins. « Il faudrait définir un nombre de médecin par habitants », explique-t-il. Dès lors que le quota d’un territoire serait atteint, il deviendrait impossible de s’y installer. « Dans un premier temps, cela s’appliquerait aux généralistes », précise-t-il, « et si ça marche, le système pourrait être étendu aux autres spécialités ». L’idée d’imposer une distance minimale entre les cabinets est également évoquée.

Doté d’un volet incitatif, le texte suggère la création de nouvelles aides financières de l’État. Venant s’ajouter à celles existant, les généralistes en bénéficieraient pendant les trois premières années de leur implantation. Ils pourraient également être exonérés de taxes d’habitation et foncière. La proposition de loi prévoit également un stage pratique chez un généraliste installé en milieu rural.

Du côté des syndicats comme dans la classe politique, cette proposition ne manque pas de faire réagir. À quelques jours de la manifestation des professionnels de santé contre le projet de loi Santé, « un groupe de députés UMP et Centristes fait encore pire », considère MG France. Selon l’organisation, il ne s’agit ni plus ni mois de l’institutionnalisation de « la ségrégation dont souffre la spécialité ». De l’avis de Luc Duquesnel, cette proposition traduit une méconnaissance des élus sur ce qui se fait sur le terrain. « Des départements ruraux ont apporté des solutions pour résoudre les problèmes de démographie », affirme le leader de l’UNOF pour qui « il n’existe pas une solution unique mais une succession de solutions ». L’UMP n’approuve pas non plus cette initiative parlementaire. En matière de déserts médicaux, il faut savoir « user de bon sens et de méthode », préconise Arnaud Robinet, député de la Marne et maire de Reims. Dans un texte publié aujourd’hui, le secrétaire national de l’UMP chargé de la Santé note qu’il serait « malvenu de prendre des décisions alors que le projet de loi santé n’a pas encore été examiné par le Parlement ». Reste que si cette initiative finit d’exaspérer les médecins, elle n’a que peu de chance d’aboutir. Par le passé, la classe politique s’est montrée assez réticence à ce type de texte.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 11 Commentaires
 
Pierre B Médecin ou Interne 05.03.2015 à 12h22

Pierre B. Médecin

Seule la mise en place d'un "numerus clausus d'installation" pourrait permettre de régler la couverture nationale des cabinets médicaux, (ce qui est le cas des pharmacies). Lire la suite

Répondre
 
Pierre B Médecin ou Interne 05.03.2015 à 12h22

Pierre B. Médecin

Seule la mise en place d'un "numerus clausus d'installation" pourrait permettre de régler la couverture nationale des cabinets médicaux, (ce qui est le cas des pharmacies). Lire la suite

Répondre
 
Pierre B Médecin ou Interne 05.03.2015 à 12h17

Seule la mise en place d'un "numerus clausus d'installation" pourrait permettre de régler la couverture nationale des cabinets médicaux, (ce qui est le cas des pharmacies).
AVANTAGE:
• Ne coûte Lire la suite

Répondre
 
ALAIN C Médecin ou Interne 05.03.2015 à 00h08

il y a bien longtemps que ce projet de loi aurait du voir le jour,et nous n'aurions plus de déserts médicaux.Il faut bien sur l'appliquer aux spécialistes plus simples car moins nombreux et aux Lire la suite

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 05.03.2015 à 11h06

Mon cher Alain C. Deux choses :
- Quand il y avait suffisamment de médecins, il n'y avait pas de déserts médicaux. Donc, s'il y a une réponse aux déserts c'est par la démographie qu'il faut la Lire la suite

Répondre
 
HENRI B Médecin ou Interne 04.03.2015 à 22h00

Certains, du haut de leur statut, se sente pousser des ailes ... de dictateur. Surtout, ne supprimons pas la fessée en France, elle peut encore servir.

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau marqué des points importants jeudi matin lors de l’ouverture du...2

Le Cytotec sera retiré du marché en mars 2018

Cytotec

Le laboratoire Pfizer France vient d'annoncer sa décision de retirer du marché français le Cytotec à partir du 1er mars 2018.  Le Cytotec... Commenter

Violences obstétricales : les propositions des professionnels de la naissance

.

Pas question pour les professionnels de la naissance de laisser enfler la récente polémique sur les violences obstétricales sans réagir. La... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir