Recherche clinique : la France toujours dans le peloton de tête mais sa position doit être renforcée

Recherche clinique : la France toujours dans le peloton de tête mais sa position doit être renforcée

03.03.2015
  • Recherche clinique : la France toujours dans le peloton de tête mais sa position doit être renforcée - 1

    Recherche clinique : la France toujours dans le peloton de tête mais sa position doit être renforcée

La France continue de figurer parmi "les grands acteurs" de la recherche clinique mondiale avec 10% des études internationales réalisées en France, mais cette position demande à "être renforcée", affirme la fédération des industriels du médicament (Leem). L'étude sur l'attractivité de la France pour la recherche clinique internationale, menée tous les deux ans par le Leem et publiée mardi, fait ressortir une augmentation des délais de mise en oeuvre des essais cliniques.

Depuis deux ans, le délai médian d'approbation par les Comités de protection des personnes (CPP) s'est rallongé, passant à 62 jours en 2014 (contre 54 jours en 2012) tandis que le délai médian entre la soumission du dossier et l'accord de l'autorité de santé (ANSM) est passé de 49 à 55 jours. "Plus inquiétant", relève le Leem, les délais de signature du premier contrat hospitalier ont augmenté entre 2012 et 2014, passant en médiane à 122,5 jours. La fédération pointe "un vrai retour en arrière", avec des chiffres qui sont revenus au niveau de 2008 après une réduction des délais en 2012.

Une fois l'étude approuvée, la vitesse de recrutement des patients est par contre meilleure en France que dans la moyenne européenne et mondiale, montrant que la France est "performante" à cette étape. Pour le Leem, c’est grâce à la progression de sa recherche clinique dans certaines aires thérapeutiques que l’Hexagone tire son épingle du jeu. Les études en oncologie et onco-hématologie ont augmenté (38% en 2014 contre 30% en 2012), tandis que celles menées en infectiologie (13%) et dans les maladies rares (8%) sont restées en nombre important. L'étude souligne ne revanche que certains domaines thérapeutiques sont aujourd'hui "quasiment abandonnés" comme le cardiovasculaire et le diabète/métabolisme, un recul entamé depuis 2008.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Canicule

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par la ministre de la Santé à l’occasion du bilan national de...1

Subventions et loyer modéré ont permis à Chaville de recruter 4 généralistes

Inauguration du centre médical de Chaville

Après avoir perdu 42 % de ses généralistes entre 2009 et 2016, Chaville (Hauts-de-Seine) retrouve le sourire. La commune a enregistré début... Commenter

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM

Rupture de stock de Sinemet® : l'ordonnance de l'ANSM-0

Suite à l’annonce par le laboratoire MSD d’une rupture de stock prolongée de certains dosages de la spécialité Sinemet®... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir