Le CNGE veut réviser les indicateurs de la ROSP

Le CNGE veut réviser les indicateurs de la ROSP

03.03.2015
  • Le CNGE veut réviser les indicateurs de la ROSP - 1

Le CNGE persiste et signe. Après avoir remis en cause dans diverses recommandations l’intérêt de l’HbA1C pour le suivi des diabétique ou la pertinence des prescriptions de statines basées sur les taux de LDL-cholestérol, le Collège national des généralistes enseignants vient sans surprise de proposer dans un communiqué, la révision des objectifs de la ROSP basé sur ces items. Avec en toile de fond une réflexion plus globale sur la pertinence des indicateurs médicaux de la ROSP.

Par exemple, « trois indicateurs ROSP portent sur le dosage quadri-annuel de l’HbA1C et son niveau de contrôle », illustre le CNGE. Or « la surveillance uniforme de l’HbA1c 4 fois/an pour tous les patients n’a pas démontré son utilité et son niveau de contrôle n’a jamais été corrélé à un bénéfice en termes de morbimortalité, voire serait délétère ».

Deux autres indicateurs concernent le contrôle du LDL-cholestérol « Cependant, les données actualisées de la science plaident en faveur de la prescription de statines à dose fixe selon l’évaluation du risque cardiovasculaire du patient et de l’abandon des objectifs cible de LDL-c ».

Un autre objectif porte sur la prévention cardiovasculaire des patients diabétiques hypertendus par une statine. Or « Le diabète n’est pas le seul élément de décision de prescription de statine. En revanche, diabétiques ou non, tous les patients à haut risque cardiovasculaire peuvent bénéficier des statines qui ont démontré leur efficacité en termes de morbimortalité » argumente le CNGE.

Enfin, un indicateur porte sur la prévention cardiovasculaire des patients diabétiques hypertendus par aspirine faible dose. Mais « en raison d’une balance bénéfice/risque défavorable de l’aspirine en prévention primaire, ce critère devrait être limité à la prévention secondaire chez les patients à haut risque cardiovasculaire, indépendamment du statut diabétique » oppose le CNGE.

Concertation pluri-professionnelle

A la lumière de ces exemples, le Conseil scientifique du CNGE propose de réviser les indicateurs de la ROSP non validés par les données de la science, et préconise :

- de supprimer l’HbA1C comme indicateur de ROSP, du fait de l’absence de preuve d’intérêt clinique en termes de santé des patients et des populations.

- de cibler la prescription d’une statine chez les patients à haut risque cardiovasculaire et la prescription d’aspirine chez ceux en prévention secondaire.

Le CNGE demande par ailleurs une concertation pluri-professionnelle « pour faire évoluer les indicateurs de la ROSP afin qu’ils soient légitimes et scientifiquement, cliniquement, et économiquement pertinents pour améliorer la santé de la population ».

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 7 Commentaires
 
FRANCOIS R Médecin ou Interne 05.03.2015 à 00h09

Le cnge a entièrement raison mais oublie que le taux de mammographie supérieur à 80% au rythme français pourrait bien faire perdre des chances d éviter un cancer du sein à certaines femmes là encore Lire la suite

Répondre
 
Francois-Marie P Médecin ou Interne 04.03.2015 à 22h47

Et le mot de Cambronne : "Merde" ! Il n'y a personne pour le proférer ? Quand j'aurai besoin qu'on vienne m'apprendre mon boulot, je les sonnerai. Il serait temps de prendre conscience du fait que Lire la suite

Répondre
 
JEAN MICHEL M Médecin ou Interne 04.03.2015 à 10h22

C a 25, ROSP qu'importe ce n'est pas cela qui permet a un médecin Francais de pouvoir investir, moderniser son outil de travail et avoir de meilleures conditions de vie, quand ses confrères des pays Lire la suite

Répondre
 
BERNARD L Médecin ou Interne 03.03.2015 à 22h41

C'est surtout l'habitude prise de courber l'échine. Le MEDEF va bientôt proposer un nouvel indicateur relatif aux arrêts de travail...

Répondre
 
CHRISTIAN V Médecin ou Interne 03.03.2015 à 20h26

En tout cas, s'il doit y avoir des objectifs valorisés, il faut qu'ils soient en accord avec les données de la science, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Téléconsultation

Les Français prêts à recourir à la téléconsultation pour un acte tarifé entre 10 et 20 euros

Malgré les premières publicités, la téléconsultation reste méconnue des Français. Ce qui ne les empêche pas d’être enthousiastes à de pouvoir accéder à des consultations à distance. Et pour pas...10

En Chine, un robot réussit pour la première fois le concours de médecine

Robot

Son histoire ressemble à un canular ou pourrait sortir tout droit d'un scénario de science-fiction d'Asimov. Xiaoyi a passé avec brio... 1

Les carabins veulent plus de stages et garder un « contrôle final » à l'issue du 2 e cycle

Amphithéâtre

3 500 étudiants en médecine ont été invités à donner leur avis, notamment sur l'avenir des épreuves classantes nationales (ECN), dans le... Commenter

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir