IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse

IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse

24.02.2015
  • IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse - 1

    IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse

En Grande-Bretagne, pays dans lequel le délai légal pour avorter est un des plus larges (24 semaines), la polémique autour d’IVG eugénistes pour sélectionner le sexe de l’enfant inquiètent de plus en plus. A vrai dire, cela fait déjà un certain temps que l’on redoute de telles pratiques, notamment dans certaines communautés étrangères où la préférence culturelle pour les garçons est forte. L’affaire vient de rebondir à la Chambre des Communes où un amendement a été discuté récemment destiné à interdire explicitement l'avortement motivé par le choix du sexe de l'enfant.

L’amendement a été repousé par 292 voix contre 201. Et la ministre de la Santé Jane Ellison s'est élevée contre, déclarant que l'avortement sélectif en fonction du sexe était "déjà illégal". Plusieurs députés ont cependant défendu la nécessité d'une telle mesure parce que la loi n'évoque pas spécifiquement cette pratique. "Cet amendement est nécessaire car il n'y a pas de paragraphe explicite dans la loi britannique sur l'avortement sélectif suivant les sexes", a affirmé la députée Fiona Bruce qui a présenté le texte ajoutant qu'en 1967 quand la loi sur l'avortement a été adoptée la technologie ne permettait pas de déterminer le sexe du foetus. Les députés opposés à l'amendement ont à l’inverse jugé qu'une interdiction explicite de cette pratique serait inapplicable et aurait des conséquences inattendues en compliquant notamment l'accès des femmes à l'avortement.

La question d’une dérive eugéniste des IVG n’agite pas que la Grande-Bretagne. En Suisse, pays qui n’autorise l’IVG que jusqu’à 12 semaines, le Conseil fédéral songe désormais à interdire aux parents de connaitre le sexe du fœtus avant ce délai. On se souvient qu’en France aussi la discussion sur ce thème avait été vive avant que Martine Aubry n’allonge le délai légal de l’IVG de 10 à 12 semaines en l’an 2000. Un rapport commandé au préalable au Pr Israël Nisand avait évoqué ce risque.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...4

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... Commenter

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir