IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse

IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse

24.02.2015
  • IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse - 1

    IVG pour choisir le sexe de l’enfant : débats en Grande-Bretagne et en Suisse

En Grande-Bretagne, pays dans lequel le délai légal pour avorter est un des plus larges (24 semaines), la polémique autour d’IVG eugénistes pour sélectionner le sexe de l’enfant inquiètent de plus en plus. A vrai dire, cela fait déjà un certain temps que l’on redoute de telles pratiques, notamment dans certaines communautés étrangères où la préférence culturelle pour les garçons est forte. L’affaire vient de rebondir à la Chambre des Communes où un amendement a été discuté récemment destiné à interdire explicitement l'avortement motivé par le choix du sexe de l'enfant.

L’amendement a été repousé par 292 voix contre 201. Et la ministre de la Santé Jane Ellison s'est élevée contre, déclarant que l'avortement sélectif en fonction du sexe était "déjà illégal". Plusieurs députés ont cependant défendu la nécessité d'une telle mesure parce que la loi n'évoque pas spécifiquement cette pratique. "Cet amendement est nécessaire car il n'y a pas de paragraphe explicite dans la loi britannique sur l'avortement sélectif suivant les sexes", a affirmé la députée Fiona Bruce qui a présenté le texte ajoutant qu'en 1967 quand la loi sur l'avortement a été adoptée la technologie ne permettait pas de déterminer le sexe du foetus. Les députés opposés à l'amendement ont à l’inverse jugé qu'une interdiction explicite de cette pratique serait inapplicable et aurait des conséquences inattendues en compliquant notamment l'accès des femmes à l'avortement.

La question d’une dérive eugéniste des IVG n’agite pas que la Grande-Bretagne. En Suisse, pays qui n’autorise l’IVG que jusqu’à 12 semaines, le Conseil fédéral songe désormais à interdire aux parents de connaitre le sexe du fœtus avant ce délai. On se souvient qu’en France aussi la discussion sur ce thème avait été vive avant que Martine Aubry n’allonge le délai légal de l’IVG de 10 à 12 semaines en l’an 2000. Un rapport commandé au préalable au Pr Israël Nisand avait évoqué ce risque.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
G Perez

Les portraits de l'été Le Dr Perez veut aider les diabétiques à échapper aux médicaments grâce à l’activité physique

« Les patients diabétiques n’ont pas d’équilibre alimentaire et ne font pas d’activité physique. Cela fait naître la maladie, avant de l’entretenir. » Tel fut le premier constat du Dr Gaëlle Perez,...2

Les dossiers qui ont marqué l'année Le cloud, ennemi du secret médical ?

Visu Lead p10-12

Applis santé, objets connectés, services de rendez-vous en ligne... À l’ère du tout numérique, les données de santé n’ont jamais été aussi... Commenter

Zoom en vidéo [Vidéo] Exposition des adolescents à la pornographie : une hausse inquiétante, alertent les gynécologues

adolescent et ordinateur

C’est un appel solennel qu’a souhaité lancer aujourd’hui le collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) : face à... Commenter

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir