Si « Le Généraliste » était paru en 1924 - Comment est mort Rimbaud

Si « Le Généraliste » était paru en 1924Comment est mort Rimbaud

03.02.2015
  • Si « Le Généraliste » était paru en 1924 - Comment est mort Rimbaud-1

    Comment est mort Rimbaud

Un de nos confrères qui signe L.I. vient de signer dans « La Marseille Médicale » un fort intéressant article sur la maladie et la mort du poète maudit, ami de Verlaine et auteur du « Bateau ivre ».

Les registres de l’hôpital de la Conception accusent un premier séjour de Rimbaud dans cet établissement du 20 mai au 15 juillet 1891. Il y entra une seconde fois le 24 août et y resta jusqu’au 10 novembre, jour de sa mort. Lors de son premier séjour, il subit une amputation de cuisse pour une tumeur au genou. Il n’est fait mention sur les registres, du diagnostic : cancer généralisé, que lors du second séjour. L’amputation n’avait donc pas pu empêcher la généralisation de l’affection initiale qui était, vraisemblablement un ostéosarcome du genou. Que l’affection ait pris naissance à la suite d’un traumatisme (une chute de cheval) est plus que probable. Ce qui est certain, c’est que son évolution fut rapide et que l’intervention chirurgicale ne suffit pas à l’enrayer.

Arthur Rimbaud

Détails à consigner : Rimbaud avait été admis au pavillon dit « des officiers », c’est-à-dire dans un service de pensionnaires payants. Lors de son premier séjour, il versa, au taux de cinq francs par jour, une somme totale de 500 francs. Mais, pendant le second séjour, il dut payer le tarif de 6 francs par jour qui correspondait à une classe supérieure. Probablement avait-il demandé une chambre particulière, avec un seul lit. Il n’avait versé à l’entrée qu’une provision de 200 francs et sa famille dut, après sa mort, payer le surplus, soit 274 francs, dont il était encore redevable à l’hôpital.

La plaque commémorative de Rimbaud à l'hôpital de la Conception à Marseille

 

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

En direct des rencontres de ReAGJIR à Avignon Infirmière en pratique avancée : un métier pensé pour l’hôpital ?

Les infirmiers en pratique avancée (IPA) feront-ils évoluer la pratique des généralistes ? Les jeunes généralistes ont découvert les contours de la collaboration avec ces futurs professionnels ce...6

Un docu poignant sur les derniers jours d'un médecin de campagne sans successeur

Laine

C'est l'histoire d'un médecin de campagne. Un généraliste isolé, qui travaille à l'ancienne. De 7h30 à 21h30. Tous les jours sauf le... 16

La méditation en pleine conscience, solution pour prévenir le burn-out des soignants ?

Méditation

Prévenir l'apparition des risques psychosociaux est possible. Mercredi, lors du 4e colloque de l’association SPS (soins aux professionnels... 10

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir