Les trois quarts des plus de 65 ans contre l’acharnement thérapeutique

Les trois quarts des plus de 65 ans contre l’acharnement thérapeutique

13.02.2015
  • Les trois quarts des plus de 65 ans contre l’acharnement thérapeutique - 1

    Les trois quarts des plus de 65 ans contre l’acharnement thérapeutique

Plus de 80% des seniors, interrogés dans quatre pays européens (France, Belgique, Italie et Allemagne), pensent que la vie est une source de plaisir, selon une enquête Ipsos pour l'institut Korian présentée jeudi à la Secrétaire d'Etat aux Personnes âgées Laurence Rossignol. En moyenne, les seniors estiment que la vie peut procurer du plaisir jusqu'à 86 ans. 94% aiment écouter la radio ou regarder la télévision, 90% aiment lire, 81% surfer sur internet, 79% faire un bon repas en famille ou avec des amis. 65% aiment ou aimeraient plus souvent "voyager/partir en week-end", et 47% "faire l'amour et avoir des relations sexuelles". Seulement 34% sont préoccupés par leur poids, 35% par des troubles de la vue ou de l'audition (mais après 80 ans, la proportion monte à 50%), 16% estiment avoir des pertes de mémoire et 15% des "problèmes pour saisir et utiliser les objets de la vie quotidienne".

L'entrée dans la dépendance physique ou matérielle modifie évidemment les perceptions. En pratique, les séniors estiment pourtant en majorité garder le contrôle sur leur vie et ce sentiment va croissant jusqu’à 80 ans. 59% des seniors qui éprouvent des problèmes de santé ou des difficultés importantes, estiment que leur vie n'est plus une source de plaisir (contre 16% pour l'ensemble). 83% des plus de 65 ans se sentent "citoyen à part entière". Mais plus de la moitié (58%) estiment que les pouvoirs publics ne prennent pas suffisamment en compte la prise en charge de la dépendance dans leurs pays. 49% des seniors comptent sur leurs enfants et 45% sur leur conjoint pour les aider financièrement et physiquement en cas de perte d'autonomie. 67% souhaitent vieillir à domicile. En ce qui concerne la fin de vie, le refus de l'acharnement thérapeutique rencontre un assentiment fort (75% en moyenne), sauf en Italie (51%). Les opinions sont plus clivées concernant le suicide en cas de grande dépendance, même près d’un sur deux peut l’envisager, qu'il soit actif (45%) ou assisté (52%).

Enquête Ipsos auprès de plus de 4.000 personnes de plus de 65 ans interrogées au second semestre 2014
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Patrick Bouet

Entretien Dr Patrick Bouet, président de l'Ordre des médecins : « Cette épidémie restera un traumatisme »

Le Généraliste : Une vingtaine de généralistes en activité ont perdu la vie en luttant contre le Covid-19. Que vous inspire cette perte ? ...Commenter

Que deviennent les centres Covid ambulatoires mis en place pendant la crise ? Abonné

Centre covid

Près d'un mois après le déconfinement, que deviennent les centres Covid-19 ambulatoires mis en place par les professionnels de terrain dans... Commenter

Hommage Qui sont les généralistes emportés par le Covid-19 ?

Hommage - Qui sont les généralistes emportés par le Covid-19 ?-0

Le Généraliste a souhaité honorer les médecins de famille emportés ces dernières semaines en France par le Covid-19, en donnant la parole à... 6

Santé publique LE CALENDRIER DES VACCINATIONS 2020 Abonné

Vaccin

Le ministère de la Santé a publié le 31 mars dernier la « mouture » 2020 du calendrier des vaccinations, publication passée un peu... Commenter

Neurologie DÉMENCE : QUEL PRONOSTIC ? Abonné

Scanner

Une fois le diagnostic de démence posé chez un patient, il soulève rapidement la question du pronostic et de l’organisation de vie à moyen... Commenter

A découvrir