Si « Le Généraliste » était paru en février 1904 - La mode du tatouage

Si « Le Généraliste » était paru en février 1904La mode du tatouage

03.02.2015
  • Si « Le Généraliste » était paru en février 1904 - La mode du tatouage-1

    La mode du tatouage

« Le tatouage a, ces temps derniers, conquis la Belgique et nous avons à Paris même des gens qui exercent la profession de tatoueur et qui en vivent

Tous les habitués des cabarets de Grenelle connaissent le père Tible, un ancien soldat d’Afrique qui s’intitule élégamment « graveur sur peau humaine ». Il semble qu’il trouve suffisamment de clientèle dans ce quartier populaire car il ne le quitte guère, allant de café en café faire ses offres et opérant tout de suite, une petite toile cirée portant le dessin, comme celles dont on se sert pour les broderies, un stylet spécial et un enduit de “sa composition” constituent tout son attirail.

 

Pour allécher il montre volontiers son bras gauche où l’on voit grave de haut en bas les portraits de tous les présidents de la République depuis M. Thiers jusqu’à M. Loubet ; à peine reste-t-il une petite place sur le poignet pour le successeur du président actuel… Les habitants de Grenelle qui ont eu la faveur de contempler le corps entier du père Tible assurent qu’il porte toute l’histoire de France en images… Il y a Charlemagne, Henri IV, Jeanne d’Arc, Louis XIV, Robespierre, Napoléon, Gambetta, etc., avec des ornements divers : écussons, faisceaux, trophées. Au milieu de la poitrine, le père Tible s’est mémé gravé multicolorément la Légion d’honneur.

 

Une ancre et un dragon sur le bras du roi Édouard

En Angleterre, il est actuellement très chic, mais là tout ce qu’il y a de plus chic, de se faire tatouer ! Depuis le roi Édouard, qui porte sur le bras droit un dragon et une ancre, jusqu’à la comédienne bien connue, miss Ellen Terry, en passant par lady Randolph Churchill, tout ce qui chez nos voisins possède à un degré quelconque une notoriété mondaine illustre son épiderme selon l’art en l’honneur chez les Polynésiens.

 

Il n’en a pas fallu d’avantage pour que certains de nos jeunes clubmen les plus en évidence aient discuté la question de savoir s’il convenait d’emboîter le pas, sous ce rapport, aux Anglais les plus illustres et de se couvrir le corps de toutes sortes de figures et d’épisodes plus ou moins emblématiques. Mais les apôtres du tatouage, d’ailleurs fort peu nombreux, rencontrent, à ce qu’on assure, dans leur milieu, une opposition formidable et n’ont aucune chance de voir leur initiative couronnée de succès. C’est désolant vraiment. »

(Gazette médicale de Paris, février 1904)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

« Je rembourse mon CESP pour m'installer où je veux », un généraliste déçu des bourses à l'installation

Manque d'accompagnement, changements de cartographie en cours de cursus, frustrations à l'installation… Il y a tout juste une semaine le syndicat d'internes Isnar-IMG, présentait lors de son...10

Prévention, nouvelles fiches repères, télétravail... les pistes pour éviter l'envolée des IJ

.

Dans un rapport remis mercredi au Premier ministre, trois experts font neuf constats et vingt propositions pour endiguer l'envolée des... 2

Deux fois plus d'intoxications aux opioïdes en dix ans, alerte l'ANSM 

ANSM

En France, en 10 ans, la consommation des antalgiques opioïdes a augmenté, constate l'Agence nationale de sécurité du médicament et des... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir