Toucher vaginal sur patientes endormies : une tribune relance le débat

Toucher vaginal sur patientes endormies : une tribune relance le débat

07.02.2015
  • Toucher vaginal sur patientes endormies : une tribune relance le débat - 1

    Toucher vaginal sur patientes endormies : une tribune relance le débat

"Doit-on enseigner aux jeunes médecins le toucher vaginal ou rectal sur des patient(e)s endormi(e)s au bloc ?". Un article de Metronews publié en début de semaine relayait un document publié sur le site de la Faculté de médecine Lyon Sud Charles-Mérieux, laissant penser que ces méthodes étaient employées par ses étudiants. Des allégations fermement démenties depuis par l'établissement dès mardi soir. Selon une porte-parole de l'université Claude-Bernard Lyon 1, dont dépend la faculté, le document cité par Metronews est ancien et figurait par erreur sur son site. "Il n'a jamais été organisé de formation sur des patientes endormies (...) Ce n'est pas possible, ce n'est pas éthique, ce serait inacceptable", affirmait aussi mercredi le chef du service de gynéco de Lyon Sud, François Golfier.

Pour autant, certains ne semblent pas convaincus de l’absence de ces pratiques. C’est le cas d’une cinquantaine de médecins, journalistes et féministes qui ont publié vendredi une tribune dénonçant de telles pratiques. Les initiateurs de cette tribune se place d’emblée dans un cadre plus large que celui de Lyon : "Pratique jusqu'alors largement niée", selon eux, le toucher vaginal ou rectal sur des patient(e)s inconscient(e)s et non informé(e)s à des fins pédagogiques est "évoqué dans plusieurs blogs, par des témoignages de futurs médecins et même attesté par des documents", affirment les signataires. Les auteurs de la tribune assurent aussi que "bon nombre de professionnels de la santé et d'internes" ont justifié ces pratiques, expliquant "qu'ils doivent apprendre leur métier, et qu'il est préférable que la patiente ne sente rien, ne se souvienne pas que plusieurs inconnus sont passés la ’voir’ ".Or ce ne sont pas des "gestes anodins", martèlent-ils, ni pour les patients, ni pour le futur médecin. "Négation" des droits du malade, le toucher vaginal "effectué sans consentement pourrait même être assimilé, au sens pénal, à un acte de pénétration sexuelle commis sur la personne d'autrui par contrainte ou par surprise, c'est-à-dire un viol", mettent-ils en garde.

Parmi ces protestataires indignés, on trouve Clara de Bort, responsable de la réserve sanitaire à l’Eprus, le directeur de l’hôpital de Moulins, Pierre Thépot, l'association Osez le féminisme et aussi quelques généralistes comme l’écrivain Martin Winckler, les Drs Gilles Lazimi et Claire Rondet ou l’interne Baptiste Beaulieu, auteur du blog "Alors voilà". Ils demandent aux ministres Marisol Touraine (Santé) et Najat Vallaud-Belkacem (Enseignement supérieur) "de faire toute la lumière sur cette affaire et les conditions de l'apprentissage pratique des futurs médecins" en chargent l’inspection de l’Education Nationale (IGAENR) d’une enquête. Les signataires réclament aussi le recueil systématique du consentement des patients "sur les actes pratiqués par des étudiants dans l'ensemble des hôpitaux français".

(avec AFP)
Source : Legeneraliste.fr
Commentez 7 Commentaires
 
BRUNO B Médecin ou Interne 07.02.2015 à 22h35

C'est qui (quoi ?) ces bobos délirants en mal de notoriété, prêts à tous pour faire parler d'eux et conforter leurs pathologies délirantes. Qui parmi les médecins honnêtes et discrets a rencontré une Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 08.02.2015 à 21h28

à BRUNO B : n'importe quoi!!!!!!!on se fait mousser comme on peut , triste à en mourir ......

Répondre
 
ROLAND L Médecin ou Interne 07.02.2015 à 21h58

Hors sujet, mais j'ai le souvenir de touchers pelviens exécutés au lit du malade,dans les années 60, en salle commune, pendant la visite du "patron", sur de jeunes femmes terrorisées, rouges de Lire la suite

Répondre
 
PIERRE A Médecin ou Interne 07.02.2015 à 21h06

Une pénétration quelle qu'elle soit, effectuée sans l'accord du patient, ça s'appelle un viol, un point c'est tout.

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 08.02.2015 à 21h52

Non, parce qu'il n'y a pas intention de violer. Un point c'est tout. Tout le reste n'est qu'amalgame et désinformation. Je ne pensais pas voir en France des dérives puritaines à l'américaine !

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 08.02.2015 à 21h53

Et au fait, comment on fait sur un patient comateux, et dans l'urgence ?

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Dossier congrès

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions Abonné

ouv

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la... Commenter

Stratégie nationale de santé Agnès Buzyn joue la concertation Abonné

.

La ministre a mis au point en début de semaine une Stratégie Nationale de Santé (SNS) en quatre points qui sera la feuille de route du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir