L’austérité a poussé davantage de Grecs au suicide

L’austérité a poussé davantage de Grecs au suicide

03.02.2015

Les mesures d'austérité renforcées prises en juin 2011 en Grèce pour répondre à la crise de la dette publique, se sont traduites par une hausse d'un tiers des suicides dans ce pays, selon une étude publiée mardi. Une équipe de chercheurs grecs et américains s'est attachée à étudier les statistiques mensuelles des suicides grecs de 1983 à 2012 en corrélation avec des événements liés aux plans d'austérité depuis 2008 ou au contraire reflétant la prospérité des années précédentes (par exemple l'admission du pays dans la zone euro en 2002 ou l'organisation des jeux Olympiques en 2004). "Notre analyse montre une hausse significative des suicides à la suite des événements liés à l'austérité en Grèce" constate cette étude publiée dans la revue médicale britannique BMJ Open.

L'annonce en juin 2011 par le gouvernement grec d'un second paquet de mesures d'austérité comprenant baisses des salaires des fonctionnaires et réduction des dépenses de protection sociale, semble avoir eu l'impact le plus fort sur la courbe des suicides. Le nombre des suicides a progressé en moyenne de 35,7% "sur les mois qui ont suivi cette date, par rapport à la moyenne des mois précédents", selon l'auteur principal de l'étude, le Pr Charles Branas, professeur d'épidémiologie à l'Université de Pennsylvanie.

Les chercheurs notent également des hausses du nombre des suicides chez les hommes après le début de la récession grecque en octobre 2008 (+13,1%) ainsi qu'en avril 2012 (+29,7%) après le suicide retentissant d'un retraité désespéré par l'austérité sur une place à Athènes. C'est d'ailleurs en mai et en juillet 2012 que les chiffres mensuels des suicides atteignent les points les plus élevés jamais observés ces 30 dernières années avec respectivement 62 et 64 suicides pour ces deux mois. Cela fait déjà un moment que les experts suggèrent -y compris en France- un lien entre la crise et le taux de suicide.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
ISABELLE G Médecin ou Interne 05.02.2015 à 20h03

Une très belle étude de nos amis grands bretons: on se déprime plus quand ont est pauvre, malade, moche et vieux que lorsqu'on est riche jeunes beau et en bonne santé. Incredible! Dr I GAUTIER

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 03.02.2015 à 21h08

magnifique découverte sociologique , y en a qui ne se forcent pas trop pour asséner des evidences

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir