C’est arrivé le… 27 janvier 1974 - Naissance des sœurs siamoises Ladan et Laleh Bijani

C’est arrivé le… 27 janvier 1974Naissance des sœurs siamoises Ladan et Laleh Bijani

27.01.2015
  • Naissance des sœurs siamoises Ladan et Laleh Bijani - 1

    Naissance des sœurs siamoises Ladan et Laleh Bijani

Originaires d’une famille pauvre du Sud de l’Iran, les deux jumelles sont nées unies par le côté de la tête.

Elles allaient vivre ainsi 29 ans jusqu’à l’opération de « la dernière chance » qu’elles avaient désirée de toutes leurs forces parce qu’elles voulaient « enfin se regarder dans les yeux et plus par l’intermédiaire d’un miroir ».

Ladan, qui voulait devenir avocate, et Laleh, dont l’ambition était de devenir journaliste, connaissaient parfaitement les risques de l’intervention chirurgicale qui débuta le 6 juin 2003 au Raffles Hospital de Singapour, intervention qui allait se poursuivre durant 52 heures.

C’est la première fois qu’une telle opération se pratiquait sur des adultes ; cette même chirurgie avait été réalisée avec succès en 1952 et 2001 sur des enfants en bas âge. En 1996, des médecins allemands avaient déjà refusé d’opérer les deux sœurs, les mettant en garde sur le risque mortel de l’opération.

L’os du crâne des deux jumelles était plus épais que ne le pensaient les médecins, ce qui rendit difficile leur séparation. Les siamoises avaient des corps distincts et disposaient chacune d’un cerveau mais elles partageaient une seule boîte crânienne et une seule artère qui irriguait leurs cerveaux. Les deux sœurs décédèrent à 1 h 30 d’intervalle à la suite d’une hémorragie survenue aux tout derniers moments de l’intervention.

Selon, le Pr Lasjaunias, un neurochirurgien français ayant participé à l’opération, « Nous avions tout préparé, mais il existait un dernier "piège", à la base du crâne qui n'était pas visible par les examens pratiqués, et dans lequel s'est produite l'hémorragie. Ce "piège" consistait en « de grands espaces veineux hors normes, non pathologiques et inutiles, des sortes de lacs veineux » Évoquant les aspects éthiques de cette intervention, le Pr Lasjaunias déclara aussi que, médicalement, « il n'y avait pas de degré d'urgence à opérer, si ce n'est la pression exercée par les deux sœurs ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir