Grippe : la guerre est déclarée !

Grippe : la guerre est déclarée !

26.01.2015
  • Grippe : la guerre est déclarée !-1

Selon l’Institut de Veille Sanitaire (InVS), le seuil épidémique de la grippe saisonnière a été dépassé la semaine du 12 au 18 janvier 2015. Et son dernier bulletin indique que c’est la moitié sud de la métropole qui est la plus concernée. Aussitôt, la Direction générale de la Santé a lancé l’alerte, pour plusieurs raisons :

- les virus qui circulent majoritairement en France (53% des souches) sont ceux de la souche A(H3N2). Or ces virus sont antigéniquement variants par rapport à la souche vaccinale qui elle ciblait les virus B, A(H1N1) et un autre A(H3N2) ;

- la souche A(H3N2) est connue pour être à l’origine des complications sévères chez les personnes fragiles et particulièrement chez les personnes âgées, soit celles concernées par les indications de la vaccination antigrippale. Les données actuelles de surveillance montrent en outre une hausse de la mortalité toutes causes confondues depuis la semaine 02. Elle concerne essentiellement les personnes âgées de 85 ans et plus.

- les collectivités de personnes âgées sont particulièrement concernées.

La DGS recommande les antiviraux en Ehpad

C’est pourquoi la DGS vient de rappeler l’importance d’identifier au plus tôt les premiers cas de grippe dans les établissements de personnes âgées dans le but de « mettre en place dans les plus brefs délais les mesures barrières et les traitements afin de contrôler la transmission du virus grippal ». Le ministère rappelle l’intérêt de l’utilisation précoce (dès les premières 48 heures) des traitements antiviraux pour les personnes fragiles symptomatiques qui permettent « une réduction de la durée d’hospitalisation, de la durée de la maladie ainsi que des formes sévères ». Les professionnels de santé, notamment ceux en contact régulier avec des personnes âgées résidant en collectivité, sont donc incités à la plus grande vigilance.

Mouchoirs, masques et solutions hydro-alcooliques reprennent du service

Les mesures barrières restent à la base de la lutte contre la transmission virale.

Ainsi, toute personne malade, dès le début des symptômes, doit :

- limiter les contacts avec d’autres personnes et en particulier avec les personnes à risque ou fragiles et éventuellement de porter un masque chirurgical en leur présence ;

- se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, ou les désinfecter par friction avec une solution hydroalcoolique ;

- se couvrir la bouche et le nez à chaque fois qu’elles toussent ou éternuent ;

- se moucher dans des mouchoirs en papier à usage unique.

Et les personnes de l’entourage du malade ainsi que les professionnels de santé doivent :

- éviter les contacts rapprochés avec ces dernières, si elles sont à risque;

- se laver régulièrement les mains et particulièrement après tout contact avec le malade ou le matériel utilisé par le malade ;

- nettoyer les objets couramment utilisés par celui-ci.

Le vaccin, toujours et encore

Pour les personnes ciblées par la vaccination grippale saisonnière, la DGS rappelle l’intérêt de la vaccination qui demeure efficace sur les autres souches, même en début de phase épidémique.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 2 Commentaires
 
michel a Médecin ou Interne 26.01.2015 à 20h21

Pourquoi ce putain de vaccin n'est-il pas remboursé pour toute la population ? Rien que les indemnités journalières le paieraient 10 fois.
Curieusement le Tamiflu est remboursé en préventif comme Lire la suite

Répondre
 
Jean-Jacques P Médecin ou Interne 26.01.2015 à 19h42

Super! Le vaccin ne fonctionne pas, mais il faut vacciner. Le laboratoire Roche continue de refuser de publier les éventuelles preuves d'action du Tamiflu, qui dans le meilleur des cas, réduirait le Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir