Fermeture des petites maternités : le débat relancé

Fermeture des petites maternités : le débat relancé

23.01.2015
  • Fermeture des petites maternités : le débat relancé - 1

    Fermeture des petites maternités : le débat relancé

Près de quatre mois après le drame survenu à la maternité d'Orthez (Pyrénées-Atlantiques), la Cour des comptes a relancé vendredi le débat sur le sort des petites structures, préconisant des contrôles renforcés et d'éventuelles fermetures. Sollicités par la commission des Affaires sociales du Sénat, les sages de la rue Cambon se sont penchés sur la situation des maternités en France, dans un rapport rendu public vendredi. Leur constat est sans appel et de nouvelles fermetures sont à prévoir, les difficultés financières ou de recrutements rencontrés par certains établissements menaçant, selon le rapport, la sécurité des patientes.

Depuis les années 1970, la tendance est à la fermeture des petites maternités. Politique matérialisée en 1998 par des décrets fixant à 300 accouchements par an le seuil minimal d'activité pour les maternités. Ainsi, les deux tiers des établissements ont fermé depuis 1972, rappelle la Cour des comptes, qui en recensait 544 en 2012. Mais "un nombre significatif de petites maternités a été maintenu". Trop, selon la Cour, qui regrette que la France occupe le 17e rang européen pour la mortalité néonatale (2,3 pour 1.000), que la durée de séjour y soit "significativement plus élevée que chez nos principaux voisins européens et avec des taux d'occupation "médiocres". Dans sa ligne de mire, 13 petites structures réalisant moins de 300 accouchements par an, notamment à Die (Drôme) - 177 accouchements en 2013, la plus faible activité enregistrée en France - ou à Ussel (Corrèze), où il est signalé "des risques avérés en matière de sécurité".

S'appuyant sur ces chiffres, il est préconisé notamment de "contrôler la sécurité du fonctionnement des maternités bénéficiant d'une autorisation d'ouverture par dérogation au seuil de 300 accouchements par an" et de "les fermer sans délai en cas d'absence de mise en conformité immédiate".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
G Perez

Les portraits de l'été Le Dr Perez veut aider les diabétiques à échapper aux médicaments grâce à l’activité physique

« Les patients diabétiques n’ont pas d’équilibre alimentaire et ne font pas d’activité physique. Cela fait naître la maladie, avant de l’entretenir. » Tel fut le premier constat du Dr Gaëlle Perez,...4

Les dossiers qui ont marqué l'année Le cloud, ennemi du secret médical ?

Visu Lead p10-12

Applis santé, objets connectés, services de rendez-vous en ligne... À l’ère du tout numérique, les données de santé n’ont jamais été aussi... Commenter

Zoom en vidéo [Vidéo] Exposition des adolescents à la pornographie : une hausse inquiétante, alertent les gynécologues

adolescent et ordinateur

C’est un appel solennel qu’a souhaité lancer aujourd’hui le collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) : face à... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir