Entretien - Pierre-Louis Druais s’explique sur la mission "médecine générale" confiée par la ministre

EntretienPierre-Louis Druais s’explique sur la mission "médecine générale" confiée par la ministre

21.01.2015

L’ancien président du CNGE (Collège national des généralistes enseignants) est depuis quatre ans celui du Collège de la médecine générale. Une structure œcuménique qui le prédisposait sans doute à la mission que la ministre vient de lui confier sur la place de la médecine générale et son rôle dans le système de soins. Il en détaille le programme et le calendrier.

  • Le Pr Pierre-Louis Druais accueillant Marisol Touraine lors du dernier Congrès de la médecine...

Le Généraliste : Pour quoi avoir acceptée cette mission dans le cadre des groupes mis en place par Marisol Touraine?

Pr Pierre-Louis Druais : Parce que cela concerne la médecine générale et que la demande de la ministre est assez explicite. Il s’agit de réfléchir et de faire des propositions sur la place du médecin généraliste et son organisation dans le système de soins. Le champ de la mission inclut aussi l’amont avec la formation initiale et l’aval avec le DPC et les évolutions de carrière. Aujourd’hui, on a une discipline, une formation universitaire, il s’agit de voir comment donner un peu de cohérence dans la future loi. J’aborderai aussi tout ce qui est dans le champ de la concertation et du travail en commun. On part d’une situation complètement bloquée. Je vois cette mission comme une opportunité de trouver des points de rencontres, de mieux définir ce qu’est la médecine générale (je compte m’appuyer sur les référentiels métiers) et ce qu’on peut faire dans un proche avenir pour la faire évoluer.

L G : Un mois, cela semble court pour aborder tout cela ?

P-L D : Nous avons un peu plus d’un mois jusque fin février. Mais c’est court, il faudra faire avec. Heureusement, je ne pars pas de rien, puisque j’ai été amené à écouter, entendre et participer à des propositions dans diverses instances comme le CNGE. Même chose concernant le DPC : il va dans le mur... mais cela fait trois ans qu’on le répète ! Et puis, ce sera l’occasion de regarder aussi quelques travaux importants : il y a par exemple des éléments intéressants dans le rapport Cordier. Au total, mon travail devra intégrer aussi une synthèse des rapports existants. Ce ne sera a priori pas un long rapport.

L G : Votre mission va-t-elle englober les questions très controversées de délégation de tâches ou de revalorisation des honoraires ?

P-L D : Sur le premier point, non, c’est un dossier connexe à notre réflexion dont l’approche doit rester disciplinaire, scientifique et centrée sur l’exercice de la médecine générale. Sur la délégation de compétences, nous serons amenés à aborder le sujet, même si le Pr Yves Matillon anime un groupe spécifiquement sur ce thème. Mais j’ai déjà travaillé avec lui sur ce dossier, nous avons donc des congruences.

L G : Comment comptez-vous organiser votre travail ?

P-L D : Je n’ai reçu la lettre de mission que mardi soir. Je pense que j’aurai complètement planifié les choses en fin de semaine. J’ai toutefois déjà une idée du plan que pourrait avoir ce rapport. Et sur la méthode, je compte plutôt auditionner par groupes autour de thématiques différentes. Idéalement, j’aimerais réunir autour de moi un petit groupe pour la rédaction et la validation des propositions. Je vais demander à avoir la maîtrise du calendrier, car entre mon activité professionnelle et la préparation du Congrès de la médecine générale qui doit avoir lieu en mars, je dois composer avec un emploi du temps serré. Il m’importe aussi d’être maître des personnes que je souhaite auditionner. Sans surprise, il devrait s’agir des représentants syndicaux, ordinaux ou de structures universitaires et pas uniquement dans le champ de la médecine générale d’ailleurs. Je serai sans doute amené également à entendre les auteurs de rapports précédents qui ont souvent été remisés dans les tiroirs...

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 5 Commentaires
 
Christian F Médecin ou Interne 23.01.2015 à 15h50

des dossiers connexes...

Répondre
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 22.01.2015 à 20h21

un beau rapport dont les conclusions diront que la loi est bien , c'est couru d'avance!!!

Répondre
 
Dr Benoît.R Médecin ou Interne 22.01.2015 à 17h01

BLA BLA BLA comme disent les "Lapins Crétins".....

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 22.01.2015 à 10h03

Un beau rapport dans un beau tiroir, dans un beau bureau, dans un bel immeuble, embarqué un jour dans un beau déménagement, pour aller dans de belles archives qui finiront un jour dans un bel Lire la suite

Répondre
 
STEPHANE K Médecin ou Interne 21.01.2015 à 23h23

Ça fera un beau rapport de plus dans un beau tiroir

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dépakine: audience préliminaire au TGI de Paris

L'association de défense des victimes de la Dépakine et le laboratoire Sanofi ont aiguisé leurs arguments mercredi lors d'une audience au tribunal de grande instance de Paris, première étape de l...Commenter

Les MICI gagnent du terrain surtout dans les pays nouvellement industrialisés

Mici

Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) sont des pathologies du 21ème siècle, indique clairement Le Lancet du 16... Commenter

Feu vert sur les vaccins obligatoires : en commission, les députés médecins montent au créneau

.

Ça devrait passer lors de l'examen du PLFSS dans l'hémicycle la semaine prochaine. Mais pas forcément comme une lettre à la poste… Les déput... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir