Au tribunal d’Angers, la permanencière du 15 explique pourquoi elle n’a pas transmis au médecin régulateur

Au tribunal d’Angers, la permanencière du 15 explique pourquoi elle n’a pas transmis au médecin régulateur

20.01.2015
  • Au tribunal d’Angers, la permanencière du 15 explique pourquoi elle n’a pas transmis au médecin régulateur - 1

    Au tribunal d’Angers, la permanencière du 15 explique pourquoi elle n’a pas transmis au médecin régulateur

La permanencière du Samu d’Angers sera fixée sur son sort le 16 mars. Un an de prison avec sursis a été requis contre elle lundi au tribunal correctionnel d'Angers et cinquante mille euros d'amende ont été demandés à l'encontre du CHU d'Angers, qui comparaissait pour le même chef : une prise en charge trop lente d’une patiente de 27 ans décédée en avril 2009.

A la barre, Florence Madet, décrite comme une professionnelle consciencieuse, a expliqué d'une voix faible qu'elle pensait avoir affaire "à une crise d'angoisse" et qu'elle "était restée sur cette idée première", ne transmettant pas l'appel en priorité aux médecins du Samu. Mais elle a reconnu aussi son manque de formation médicale et même de formation tout court. Après la diffusion de l'enregistrement des sept communications qui ont eu lieu entre la famille de la victime et la permanence du Samu, où elle ne semble pas prendre conscience de l'urgence de la situation, un des avocats de la famille, Me Pascal Rouiller, l'interroge : "Vous n'avez pas mal évalué une situation?" "Non", répond-elle. Pour Bérangère Gautheron, substitut du procureur, "la décision qu'a prise Mme Madet de ne pas transférer un appel était une erreur. Je rejoins la partie civile quand elle dit qu'il y a un cumul de responsabilités. Il y a une faute professionnelle, mais il y a aussi la responsabilité pénale du CHU, a-t-elle ajouté. Il était reproché au Centre hospitalier universitaire d'Angers d'avoir organisé le service de permanence du 15 avec un seul médecin régulateur malgré l'importance de l'activité, d'avoir laissé aux Parm une autonomie de traitement des appels excédant leur compétence et de ne pas leur avoir proposé une formation adaptée. L’avocat de Florence Madet, Me Christophe Aubert a plaidé sur le glissement des taches au sein du 115 à Angers, décrivant "des médecins régulateurs (qui) manquent d'écoute et se déchargent sur les Parm" qui "hésitent à réguler car elles ont peur de se faire insulter".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
PNNS

Le bio, les fruits à coques, les légumes secs entrent dans la nouvelle recette du PNNS

Depuis la création des premiers « repères nutritionnels » en 2001, les connaissances sur l’alimentation et l’activité physique ont évolué. À la suite des avis récents de l’Agence nationale de...1

La vaccination antigrippale en pharmacie sera bien étendue à toute la France en 2019

.

Les personnes pour qui la vaccination contre la grippe est recommandée pourront se faire vacciner dans toutes les pharmacies de France dès... 3

Coercition : Agnès Buzyn défend une réforme structurelle plutôt que la contrainte

Agnès Buzyn

Les cahiers de doléances, mis en place dans le cadre du Grand débat, font ressortir un constat clair : les Français considèrent que la... 3

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir