Si le Généraliste était paru en janvier 1907 - Des asiles pour impotents temporaires

Si le Généraliste était paru en janvier 1907Des asiles pour impotents temporaires

16.01.2015
  • Des asiles pour impotents temporaires - 1

    Des asiles pour impotents temporaires

Pour mettre fin à l’encombrement des hôpitaux par les malades habitués, M. le Dr Babinski a proposé la construction d’établissements nouveaux, intermédiaires entre l’hôpital et l’asile de nuit, où tous les demi-malades seraient admis quand ils le voudraient sur la présentation d’une carte spéciale délivrée après un examen médical sérieux. Ils y seraient soignés, en temps de crise, par des médecins des hôpitaux. Mais on ne les admettrait plus – sauf exception – dans les autres établissements. En dehors des périodes d’accès, ils y trouveraient un refuge la nuit et une alimentation suffisante pour les mettre à l’abri de la faim, mais insuffisante pour les inciter à rester éternellement à l’asile et leur enlever le désir de trouver du travail.

Vraiment, cette solution semble parfaite. Et c’est, sans contredit, la plus pratique de toutes celles qui ont été proposées. Tout le monde y gagnerait. les vrais informes, demi-malades, travailleurs intermittents, ne seraient plus placés entre l’alternative de souffrir hors de l’hôpital et l’alternative de ne pouvoir chercher du travail quand ils y sont internés. L’Assistance ne gâcherait plus en vain de fortes sommes. Le public, sachant que tout véritable infirme devrait secouru, ne se laisserait plus exploiter comme il le fait aujourd’hui, et ne contribuerait plus à entretenir le mal. Enfin, est-il utile de dire qu’avec ce système les faux pauvres, les faux infirmes, les faux malades seraient rapidement dépistés ?

Une solution pratique et moins onéreuse qu’il n’y paraît. Elle ne nécessiterait pas d’établissements coûteux comme les hôpitaux. Elle ferait de la place dans ceux-ci, en éliminant tous les clients habituels, tous les « pilons», qui ne pourraient plus y être admis. Enfin, elle permettrait d’entretenir ces malheureux à moindres frais, car il ne faut pas oublier qu’un malade coûte en moyenne 3,60 francs ou 3,80 francs par jour dans un service de médecine et 5 francs dans un service de chirurgie.

(Article paru dans "La Chronique médicale ", janvier 1907)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Visite à domicile

À Niort, quatre médecins lancent un service de visite à domicile

À Niort (Deux-Sèvres), deux médecins en activité et deux jeunes confrères sur le point de présenter leur thèse, ont lancé lundi 21 janvier l'association « SOS Niort 79 », pour répondre aux demandes...4

L'aspirine en prévention primaire : le Jama pointe les risques de saignements majeurs

Aspirine

Un nouveau travail, publié par le Jama, montre qu'en prévention primaire, les bénéfices cardiovasculaires de l'aspirine sont contrebalancés... Commenter

La téléconsultation permet aux patients chroniques de voir plus souvent leur médecin traitant selon une étude

.

La téléconsultation dans le cadre du parcours de soins est remboursée depuis le 15 septembre dernier mais cette pratique est encore à la... 1

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir