40 ans de la loi Veil : une "journée militante" et de nouvelles mesures attendues samedi

40 ans de la loi Veil : une "journée militante" et de nouvelles mesures attendues samedi

15.01.2015
  • 40 ans de la loi Veil : une "journée militante" et de nouvelles mesures attendues samedi - 1

    40 ans de la loi Veil : une "journée militante" et de nouvelles mesures attendues samedi

Samedi prochain 17 janvier marquera les 40 ans de la promulgation de la loi Veil. A l’occasion de cet anniversaire, Marisol Touraine se rendra vendredi matin, aux côtés de la secrétaire d’Etat aux Droits des femmes Pascale Boistard, dans un Centre de planification familiale au Centre-Hospitalier de Saint-Denis. Elles doivent y présenter le Programme national d’actions pour améliorer l’accès à l’IVG. Le chef de l’Etat qui devait lui aussi s’exprimer sur le sujet à Paris, salle Olympe de Gouges, dans le XIè arrondissement de Paris (XIe) a finalement annulé son discours.

Parallèlement à cette visite officielle, les associations féministes se mobiliseront samedi autour du sujet. Le collectif « Féministes en Mouvements » qui rassemble une quarantaine d'associations féministes, organise à la mairie du IVe arrondissement une "journée militante" pour "le droit à l'avortement en France et en Europe", intitulée "bougez pour l'IVG". La ministre et la secrétaire d’Etat devraient participer à ce colloque.

Samedi après-midi, le Collectif national pour les droits des femmes organise une manifestation nationale entre Bastille et Opéra à Paris, axé sur l'IVG mais plus largement sur les droits des femmes. Les participants demanderont notamment "un centre d'IVG dédié par hôpital avec le choix de la méthode" (chirurgicale ou médicamenteuse), "le maintien et le développement des services publics", "la PMA pour toutes les femmes" ou encore "le rétablissement des ABCD de l'égalité".

Malgré les dernières améliorations apportées à l’accès à l’IVG en France, les associations féministes regrettent qu’il ne soit " pas garanti pour toutes les femmes aujourd'hui en France", souligne Margaux Collet, d'Osez le Féminisme. "Les moyens ne sont pas vraiment créés pour une pratique de l'IVG dans ce pays", affirme Maya Surduts l'une des organisatrices de la manifestation de samedi après-midi. Elle regrette que les médecins ne soient "pas sanctionnés" lorsqu'ils refusent une IVG, et dénonce "la montée des idées réactionnaires, véhiculées notamment par la Manif pour tous". "Cela devient de plus en plus difficile d'obtenir une IVG alors que c'est un droit fondamental", déplore-t-elle.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... Commenter

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir