Vers une médecine préventive des chômeurs avec les généralistes ?

Vers une médecine préventive des chômeurs avec les généralistes ?

12.01.2015
  • Vers une médecine préventive des chômeurs avec les généralistes ? - 1

    Vers une médecine préventive des chômeurs avec les généralistes ?

Développer une « médecine préventive des chômeurs ». Telle est la proposition de Michel Debout dans son livre Le Traumatisme du chômeur, à paraître jeudi. Pour ce psychiatre spécialiste du suicide, « il faut qu’il y ait une médecine préventive des chômeurs, comme il y a une médecine préventive du travail ». Et de détailler les modalités de cette prise en charge, avec une première consultation « dans les deux à trois mois qui suivent la perte d’emploi », un deuxième rendez-vous « à six mois » pour les chômeurs dont l’état risque de se dégrader ou « après un an de chômage » pour les autres. Puis, deux ans après la perte d’emploi, « un dernier examen de prévention » pour orienter le chômeur, si besoin « vers des soins au long cours ».

Qui pour effectuer ces consultations préventives ? De l’avis de Michel Debout, elles pourraient « être le fait du médecin du travail ou d’un autre médecin, y compris généraliste, dès lors que cette intervention est pensée comme s’inscrivant dans ce moment de la perte d’emploi ». Il rappelle, en ce sens, que « le chômeur n’est pas malade » mais « il est dans une situation traumatique, dans un risque ». Un statut incertain, nécessitant, d’après lui, un regard préventif ouvrant à la personne sans emploi la possibilité de parler de sa situation. « L’important, c’est que quelqu’un puisse dire au chômeur `vous avez été traumatisé, vous pouvez en parler, ce n’est pas honteux’ », précise le médecin.

Dans l’esprit du psychiatre, cette réponse médicale devrait d’ailleurs être complémentaire d’autres actions. Soulignant que « la réponse ne peut pas être exclusivement médicale », Michel Debout précise que « c’est l’ensemble des acteurs qui doivent être sensibilisés : Pôle emploi, les acteurs associatifs, la famille, le réseau social qu’il y a autour de la personne ». Une réponse qui viendrait pallier au double abandon que vivent, selon le psychiatre, les chômeurs, « abandonnés par leur entreprise et abandonnés par la société à travers les questions que l’on peut se poser sur leur santé ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dictionnaire

« Doctoresse » ? L’Académie française valide, « ridicule » selon l'Association des femmes médecins

Il sera bientôt officiellement possible de prendre rendez-vous chez une « doctoresse » ! L’Académie française s’apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers, selon une...6

Le généraliste Michel Chassang quitte l’UNAPL après six ans de mandat

Michel Chassang

Après six ans de bons et loyaux services, le Dr Michel Chassang quitte la présidence de l’UNAPL (Union nationale des professions... Commenter

Good morning Doctor [Audio] Le patient douloureux anglophone

Union Jack

La douleur est l’un des premiers motifs de consultation en médecine générale. Plusieurs mots existent en anglais pour la désigner. Le... Commenter

Gynécologie LA VAGINOSE BACTÉRIENNE Abonné

Vagin

La vaginose bactérienne, comme une infection à Gardnerella vaginalis, est un problème pour le praticien du fait de ses récidives... Commenter

ORL L’OSTÉOME DU SINUS FRONTAL Abonné

fmc

Les ostéomes des sinus de la face sont localisés au niveau frontal le plus souvent. Cliniquement, ils sont souvent asymptomatiques. Le... Commenter

A découvrir