Des propositions pour améliorer la fin de vie des plus précaires

Des propositions pour améliorer la fin de vie des plus précaires

07.01.2015
  • Des propositions pour améliorer la fin de vie des plus précaires - 1

    Des propositions pour améliorer la fin de vie des plus précaires

"Aucun lieu n'est réellement prévu" pour la fin de vie des personnes en situation de précarité, constate un rapport de l'Observatoire national de fin de vie (ONFV) qui consacre son rapport 2014 aux publics particulièrement vulnérables. Les personnes sans domicile, en situation d'extrême précarité, dont l'espérance de vie est en moyenne de 49 ans, soit 28 ans de moins que le reste de la population, finissent leur vie dans des lieux inappropriés, relève ce 4e rapport annuel de l'ONFV remis mercredi à la ministre de la Santé. Mais la précarité peut également atteindre des malades atteints de cancer ou d'Alzheimer de tous âges, et leurs proches, jusqu'à leur faire perdre leur logement, souligne le président de l’ONFV, le professeur Régis Aubry. Plus d'1/3 des personnes en fin de vie en situation de précarité entrent à l'hôpital par les urgences. Les décès surviennent majoritairement à l'hôpital qui ne permet un accompagnement "digne" de ces personnes. En prison, plus de la moitié des décès (53,7%) en 2013 concernaient des personnes en fin de vie, ajoute le rapport. La durée de séjour à l'hôpital est aussi plus longue de 61% chez les patients précaires, une durée davantage liée à des raisons sociales qu'à leur état de santé.

Face à ce constat, l'Observatoire recommande de prendre en compte ce problème notamment dans le programme régional d'accès à la prévention et aux soins et d'expérimenter des actions intersecteurs (sanitaire, médicosocial et social) au niveau des territoires pour accueillir des personnes de moins de 60 ans, confrontées à une maladie grave évoluée/et ou en fin de vie et en situation de précarité. Enfin, outre le développement de l'accès aux soins palliatifs, de la formation des personnels, il recommande de développer la recherche sur les moins de 60 ans précarisés par la maladie en fin de vie afin de répondre à leurs besoins et mieux prévenir ce risque de précarisation.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ROSP

ROSP clinique : autant de généralistes gagnants que de perdants, assure la CNAM

Les médecins généralistes ont-ils tous subi une baisse importante de leur rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour 2017 ? Selon les chiffres communiqués début avril par l'Assurance...8

Travailler plus pour désengorger les urgences : les généralistes exaspérés par le rapport Mesnier

Salle d'attente

Quelques heures seulement après la remise du rapport Mesnier sur les soins non programmés, les premières réactions se font entendre. Le... 6

Homéopathie : pas de preuves scientifiques mais un effet placebo à ne pas négliger, juge l'Académie

Académie de médecine

Discrète jusqu’ici, l’Académie de Médecine s’est finalement exprimée sur l’homéopathie. Une première depuis la publication fin mars d’une... 2

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir