Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

06.01.2015
  • Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires - 1

Une étude de l’INVS, publiée dans le dernier BEH, confirme les effets à court terme des particules en suspension (PM10) sur la mortalité, même à des concentrations conformes à la réglementation de l'Union européenne (40 microgrammes par mètre cube en moyenne annuelle).

L’INVS a analysé les associations à court terme entre les PM10 et la mortalité par causes, par groupes d'âge et saisons dans 17 villes en France métropolitaine (Bordeaux, Dijon, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Lens-Douai). Le pourcentage d'augmentation de la mortalité associé à une augmentation de 10 microgramme par mètre cube de PM10 les jours précédents a été estimé pour la période 2007-2010 et par saison.

Les résultats ont montré qu’une augmentation de 10 microgramme par mètre cube de PM10 se traduit par une augmentation de 0,51% de la mortalité non accidentelle et de 0,55% pour la mortalité cardio-vasculaire. En été, une augmentation 10 microgramme par mètre cube de PM10 se traduit par une augmentation de 1,30% de la mortalité non accidentelle le jour suivant. Il y a quelques années, le projet Aphekom avait par ailleurs déjà mis en évidence que les niveaux trop élevés de PM10 (comparés au seuil recommandé par l’OMS) étaient responsables de près de 1 000 hospitalisations pour causes cardiovasculaires dans neuf villes françaises. Et Les niveaux trop élevés de PM2,5 sont quant à eux responsables de plus de 2 900 décès anticipés par an dans ces mêmes villes. Ces résultats « soulignent la nécessité d’agir pour diminuer les niveaux de particules en France, tant sur les pics que sur les niveaux de fond », concluent les chercheurs.

Dr Alain Dorra
Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
MARC M Médecin ou Interne 06.01.2015 à 21h05

Le généraliste vous pourriez faire acte d'originalité plutôt que de relayer les antiennes de la pensée unique.
Vous auriez pu parler du benzène dans l'essence mais c'est un véritable tabou qu'il est Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
vaccins

Vaccination et aluminium, un article du Parisien sème le doute

Bombe à retardement ou pétard mouillé ? Dans son édition d’aujourd’hui le Parisien dévoile les conclusions « d’un rapport sérieux et inédit bouclé en mars mais jamais rendu public » sur la toxicité...2

Saône-et-Loire : top départ pour le premier Centre départemental de santé qui recrute 30 généralistes salariés

.

C'est une première en France. La Saône-et-Loire a présenté ce mercredi lors de son assemblée départmentale la création de son Centre... 3

30 minutes d'activité physique évite un décès sur 12 !

sport

Un article du Lancet venant de paraître, indique qu’un décès sur 12 pourrait être évité, avec 30 minutes d’activité physique pratiquée cinq... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir