Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

06.01.2015
  • Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires - 1

    Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

Une étude de l’INVS, publiée dans le dernier BEH, confirme les effets à court terme des particules en suspension (PM10) sur la mortalité, même à des concentrations conformes à la réglementation de l'Union européenne (40 microgrammes par mètre cube en moyenne annuelle).

L’INVS a analysé les associations à court terme entre les PM10 et la mortalité par causes, par groupes d'âge et saisons dans 17 villes en France métropolitaine (Bordeaux, Dijon, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Lens-Douai). Le pourcentage d'augmentation de la mortalité associé à une augmentation de 10 microgramme par mètre cube de PM10 les jours précédents a été estimé pour la période 2007-2010 et par saison.

Les résultats ont montré qu’une augmentation de 10 microgramme par mètre cube de PM10 se traduit par une augmentation de 0,51% de la mortalité non accidentelle et de 0,55% pour la mortalité cardio-vasculaire. En été, une augmentation 10 microgramme par mètre cube de PM10 se traduit par une augmentation de 1,30% de la mortalité non accidentelle le jour suivant. Il y a quelques années, le projet Aphekom avait par ailleurs déjà mis en évidence que les niveaux trop élevés de PM10 (comparés au seuil recommandé par l’OMS) étaient responsables de près de 1 000 hospitalisations pour causes cardiovasculaires dans neuf villes françaises. Et Les niveaux trop élevés de PM2,5 sont quant à eux responsables de plus de 2 900 décès anticipés par an dans ces mêmes villes. Ces résultats « soulignent la nécessité d’agir pour diminuer les niveaux de particules en France, tant sur les pics que sur les niveaux de fond », concluent les chercheurs.

Dr Alain Dorra
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 2

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir