Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

06.01.2015
  • Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires - 1

    Pollution aux particules en suspension : un impact sur la mortalité même aux taux règlementaires

Une étude de l’INVS, publiée dans le dernier BEH, confirme les effets à court terme des particules en suspension (PM10) sur la mortalité, même à des concentrations conformes à la réglementation de l'Union européenne (40 microgrammes par mètre cube en moyenne annuelle).

L’INVS a analysé les associations à court terme entre les PM10 et la mortalité par causes, par groupes d'âge et saisons dans 17 villes en France métropolitaine (Bordeaux, Dijon, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Lens-Douai). Le pourcentage d'augmentation de la mortalité associé à une augmentation de 10 microgramme par mètre cube de PM10 les jours précédents a été estimé pour la période 2007-2010 et par saison.

Les résultats ont montré qu’une augmentation de 10 microgramme par mètre cube de PM10 se traduit par une augmentation de 0,51% de la mortalité non accidentelle et de 0,55% pour la mortalité cardio-vasculaire. En été, une augmentation 10 microgramme par mètre cube de PM10 se traduit par une augmentation de 1,30% de la mortalité non accidentelle le jour suivant. Il y a quelques années, le projet Aphekom avait par ailleurs déjà mis en évidence que les niveaux trop élevés de PM10 (comparés au seuil recommandé par l’OMS) étaient responsables de près de 1 000 hospitalisations pour causes cardiovasculaires dans neuf villes françaises. Et Les niveaux trop élevés de PM2,5 sont quant à eux responsables de plus de 2 900 décès anticipés par an dans ces mêmes villes. Ces résultats « soulignent la nécessité d’agir pour diminuer les niveaux de particules en France, tant sur les pics que sur les niveaux de fond », concluent les chercheurs.

Dr Alain Dorra
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 3

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir