Erreur de diagnostic de myopathie : elle réclame 100 000 euros

Erreur de diagnostic de myopathie : elle réclame 100 000 euros

03.01.2015

Une femme de 45 ans, soignée pour une myopathie depuis 2008, mais dont le diagnostic de sa pathologie a depuis été remis en cause, réclame 100.000 euros de provision de dommages et intérêts au centre hospitalier de Nancy. Cette habitante de Meurthe-et-Moselle se plaignait de douleurs articulaires. En 2008, au centre hospitalier de Nancy, elle est diagnostiquée myopathe, et parallèlement mise en invalidité totale par la médecine du travail. Elle a par ailleurs "subi un traitement médicamenteux dont on ne mesure pas les conséquences", a expliqué à l'AFP Me Yves-Pierre Joffroy, confirmant une information du Républicain lorrain.

Selon cet avocat, début 2014, une nouvelle neurologue de l'hôpital de Nancy a repéré "des anomalies et des contradictions dans le dossier médical", ce qui a conduit les médecins, après de nouveaux examens, à revoir leur diagnostic initial. "On lui a dit qu'elle n'avait pas eu de myopathie et qu'il fallait prévoir un sevrage du traitement médicamenteux qu'elle recevait", a affirmé Me Joffroy, qui a décidé de saisir le tribunal administratif de Nancy pour demander une expertise sur les effets du traitement médicamenteux inapproprié et réclamer 100.000 euros de provision avant une indemnisation définitive. Dans un communiqué, le CHU -mis en cause le mois dernier dans une affaire similaire de diagnostic d’Alzheimer- observe que "les éléments exposés ne semblent pas refléter la complexité des dossiers dont l'examen a été demandé à des experts médicaux indépendants".

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Agnès Buzyn et Thomas Mesnier

Consultations sans RDV, numéro unique, visite revalorisée : la recette d'un député pour désengorger les urgences

Que faire pour répondre à la demande de soins non programmés et désengorger les services d'urgence ? Le jeune député LREM de Charente Thomas Mesnier a rendu aujourd’hui son rapport sur le sujet à...11

Après un AIT, le risque d'accident cardio-vasculaire grave dure au moins 5 ans

AVC

Une étude épidémiologique observationnelle internationale de registre pilotée par l’équipe du Pr Pierre Amarenco (chef du service de... Commenter

Dans la Manche, le ton monte entre la CPAM et les syndicats de médecins qui boycottent les CPL

Eclair

Dans la Manche, le torchon brûle entre les syndicats de médecins libéraux et la caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM). A la suite d'un... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir