Euthanasie - Malgré son acquittement, le Conseil d’Etat devrait maintenir la radiation de l’urgentiste de Bayonne

EuthanasieMalgré son acquittement, le Conseil d’Etat devrait maintenir la radiation de l’urgentiste de Bayonne

20.12.2014
  • Malgré son acquittement, le Conseil d’Etat devrait maintenir la radiation de l’urgentiste de Bayonne - 1

    Malgré son acquittement, le Conseil d’Etat devrait maintenir la radiation de l’urgentiste de Bayonne

Le Conseil d'Etat confirmera-t-il la sanction de radiation prise par l'Ordre des médecins contre le Dr Nicolas Bonnemaison, l’urgentiste de Bayonne ? C’est désormais probable, si la Haute Juridiction suit l’avis de son rapporteur et en dépit de son acquittement en juin dernier aux assises des Pyrénées-Atlantiques de l'accusation "d'empoisonnement" de sept patients. "Aujourd'hui, il vous revient de rappeler qu'en aucune circonstance et quelle que soit la difficulté de sa tâche, le médecin n'a le droit de tuer", a déclaré Rémi Keller, le rapporteur public, lors d'une audience publique. Tout en reconnaissant que l'urgentiste avait agi "par compassion", il a souligné qu'en "transgressant cet interdit fondamental, M. Bonnemaison s'est disqualifié pour l'exercice de la profession médicale" et qu'il convenait de "confirmer la sanction prononcée par la chambre dicisplinaire nationale" du Conseil de l'Ordre.

Dans son réquisitoire, le rapporteur a notamment souligné que la France avait "expressément" écarté l'euthanasie ou le suicice assisté qui sont "admis dans une poignée de petits Etats". Il a également estimé que l'urgentiste aurait pu soulager ses patients avec des sédatifs, comme la loi actuelle sur la fin de vie lui en donne le droit, au risque "d'abréger" leur vie. "Mais ce n'est pas un sédatif que vous avez employé: c'est un poison" a-t-il dit en s'adressant directement au Dr Bonnemaison

Acquitté par les assises des Pyrénées-Atlantiques le 25 juin dernier, le Dr Bonnemaison avait été formellement radié de l'Ordre le 1er juillet. La décision avait été prise le 15 avril par la Chambre disciplinaire de l'Ordre. Le parquet avait pour sa part fait appel de l'acquittement de l'urgentiste qui sera jugé en appel devant la cour d'assises à Angers à une date qui n'a pas encore été fixée.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...Commenter

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir