Grève : les urgentistes hospitaliers ouvrent le bal lundi

Grève : les urgentistes hospitaliers ouvrent le bal lundi

20.12.2014
  • Grève : les urgentistes hospitaliers ouvrent le bal lundi - 1

Les urgentistes seront les premiers à débuter leur mouvement de grève lundi, un à deux jours avant celui des médecins libéraux. Ils sont appelés à une grève illimitée par l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) de Patrick Pelloux (photo) qui table sur une mobilisation massive avec "80% de grévistes". Toutefois, les patients ne seront pas livrés à eux-mêmes dans des hôpitaux désertés : les urgentistes pouvant être assignés, la grève consistera surtout à porter un "badge" et les effectifs ne seront pas diminués, rappelle Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Amuf.

Dénonçant des conditions de travail pénibles, les urgentistes réclament la réduction de leur temps de travail à 48 heures hebdomadaires, contre une soixantaine actuellement, ainsi que la valorisation de leurs heures supplémentaires et l'harmonisation des rémunérations pour les gardes. Des revendications qui n'"ont rien à voir" avec la loi santé, répètent une nouvelle fois les urgentistes. L’AMUHF se prévaut par ailleurs du soutien des intersyndicales hospitalières. Le syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs (SNPHAR-E), appelle d’ailleurs également à une grève de la permanence des soins à compter de lundi. "C'est un coup de gueule des médecins de l'hôpital public qui en ont marre de répondre présents à chaque crise sanitaire, que ce soit les mouvements de grève des libéraux, la canicule ou je ne sais quoi encore", explique Yves Rébufat, président du SNPHAR-E.

Au ministère de la Santé, on indique que "les échanges avec les urgentistes se poursuivent" avec "la volonté d'éviter la grève". Déjà fortement sollicités pendant les fêtes, les services d'urgences risquent de l'être encore plus à partir de mardi, en raison de la grève des médecins libéraux et alors même que se profilent des épidémies de grippe et de gastroentérite.

L’AP de Paris déclenche le niveau 2 du plan "hôpital en tension"

Pour parer à l'éventuel afflux de patients, certains hôpitaux ont déjà demandé à leurs médecins de renoncer à leurs congés, concède Gérard Vincent, délégué général de la Fédération hospitalière de France. C’est dans ce contexte de grèves en ville et à l’hôpital que l’'Assistance publique-Hôpitaux de Paris a demandé à tous ses groupes hospitaliers d'activer le "niveau 2" du plan "hôpital en tension" qui en comporte trois (alerte vigilance, tension avérée, tension prolongée ou de grande amplitude). "Le niveau 2 prévoit notamment la mise en place dans chaque groupe hospitalier d'une cellule de crise pour faire le point quotidiennement" sur les effectifs, les tensions éventuelles et les lits disponibles.

A l’AP, on semble surtout s’inquiéter des retombées de la grève des médecins libéraux; aucune perturbation ne semblant en effet redoutée de la grève des urgentistes hospitaliers. Si le plan hôpital en tension est fréquent en cette saison, l'AP-HP l’a, cette année, déclenché plus tôt que prévu. On table sur le fait que le mouvement des libéraux risque d'entraîner un afflux de patients aux urgences, d'autant plus que se profilent des épidémies de gastroentérite et de grippe sur la même période. "L'AP-HP prend les dispositions nécessaires pour garantir la continuité du service public hospitalier et accueillir les patients", assure donc sa direction, précisant que "tous les effectifs devraient être opérationnels dans ses services d'urgence" et que des renforts sont prévus si besoin." Comme l'année dernière, un peu plus de 80% des lits médecine-chirurgie-obstétrique seront ouverts pendant la période de fin d'année", ajoute-t-on à l'AP-HP.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 14 Commentaires
 
LOUIS V Médecin ou Interne 21.12.2014 à 14h12

Bonjour,
Généraliser est nocif pour l'échange d'argument ou d'idées. Que des médecins aient prévu de prendre leur congé entre Noël et le Jour de l'An, il n'y a rien d'exceptionnel ou à reprocher. Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 21.12.2014 à 16h15

ok : sur la rémunération et la désertification, je suis un "vieux" qui est parti par le mica; j'en avais ras le bol

Répondre
 
BRUNO N Médecin ou Interne 21.12.2014 à 00h30

Continuez à prendre les généralistes pour des sous médecins vous passerez également à la trappe soyez en sûr

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 21.12.2014 à 16h20

Ni la droite,ni la gauche, personne n'a jamais pensé aux généralistes. Alors, que la trappe soit de droite ou de gauche : rien à cirer...

Répondre
 
EWA M Médecin ou Interne 20.12.2014 à 23h13

Très "vintage" cette réflexion; elle me ramène 30 ans en arrière et de l'autre côté du Mur d'où je viens, où tout ce qui portait ne serait-ce qu'un "l" de liberté ( ou de libéral) était Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 21.12.2014 à 21h54

à EWA M : merci pour votre délicieux message, quand CE MUR est tombé , j'etais ravi , et ceux qui ont participé avaient des pattes d'eph; il est bien dommage que le mur impersonnel de la newsletter Lire la suite

Répondre
 
ALAIN T Médecin ou Interne 20.12.2014 à 21h36

Commentaire largement dépassé, du niveau de la conciergerie d'immeuble ......

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 21.12.2014 à 21h08

Respectez votre concierge, et n'écoutez pas toutes les brèves de comptoir

Répondre
 
BRUNO B Médecin ou Interne 20.12.2014 à 21h21

Rien à faire de ces Prudhomme, Pelloux bobo and co, planqués dogmatiques, sosies de ceux qui nous gouvernent depuis 1981. Le pays crève de ces marchands d'illusions qui n'agissent qu'à leur seul Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 21.12.2014 à 21h11

Allez passer 8 jours aux urgences, après on discute... n'est-il pas?

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Dossier congrès

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions Abonné

ouv

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la... Commenter

Stratégie nationale de santé Agnès Buzyn joue la concertation Abonné

.

La ministre a mis au point en début de semaine une Stratégie Nationale de Santé (SNS) en quatre points qui sera la feuille de route du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir