C’est arrivé le 18 décembre 1826 - Beethoven « plombé » par son médecin ?

C’est arrivé le 18 décembre 1826Beethoven « plombé » par son médecin ?

18.12.2014
  • C’est arrivé le 18 décembre 1826 - Beethoven « plombé » par son médecin ?-1

    Beethoven « plombé » par son médecin ?

Le Dr Andreas Ignaz Wawruch après avoir été professeur ordinaire de pathologie et de pharmacologie à l'université de Prague, où il fut reconnu et apprécié comme l'enseignant le plus populaire, fut appelé à Vienne en 1819 pour prendre la charge de directeur de la clinique médicale et de responsable de l'enseignement de la pathologie et de la thérapeutique des maladies internes à l'université.

Des cataplasmes à base de sels de plomb

Musicien enthousiaste et violoncelliste de talent, il était un grand admirateur de Beethoven et profita de son retour dans la capitale autrichienne pour se rapprocher de lui. Devenu son médecin personnel, il fut appelé à son chevet le 18 décembre 1826. Pour soigner l’illustre compositeur de « Fidelio » qui souffrait, semble-t-il, d’une cirrhose avec ascite. Wawruch fit de multiples ponctions du liquide d’ascite. Et pour accélérer la cicatrisation au site de prélèvement, il recouvrait la plaie d'un cataplasme à base de sels de plomb, comme c’était alors l’usage en pareil cas.

Le Dr Andreas Ignaz Warwuch

Certains des amis de Beethoven ayant réussi à prélever quelques-unes des cheveux du maestro après sa mort, ceux-ci parvinrent de main en main et au fil du temps jusqu’au Dr Christian Reiter, chef du service de médecine légale à l'université de Vienne. Après avoir réalisé une analyse spectrographique de ces quelques mèches, le médecin légiste put démontrer que le compositeur avait été victime d’une intoxication saturnienne qui avait sans doute hâté son décès survenu le 27 février 1827 : « Si les doses contenues dans ces cataplasmes au plomb n'étaient pas suffisantes pour tuer quelqu'un en bonne santé, elles pouvaient l'être pour quelqu'un qui comme le compositeur avait déjà un foie en mauvais état ».

Beethoven souffrait d'une cirrhose avec ascite

Le Dr Wawruch a-t-il été l’artisan de la mort de Beethoven avec ses cataplasmes au plomb? La question mérite d’être débattue puisqu’une analyse des os du musicien réalisée en 2005 avait montré une présence importante de plomb. L’hypothèse fut alors que l’intoxication saturnienne de Beethoven remontait au début des années 1800, causée par le vin clarifié par de la litharge (protoxyde de plomb) dont il était grand consommateur ou aussi par l’eau à forte concentration de plomb qu’il avait pu boire dans les stations thermales où les médecins l’avaient envoyé pour tenter de lutter contre sa surdité qui avait commencé à se développer dès 1801 alors qu’il n’avait même pas terminé sa deuxième symphonie.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Feuille de soins et carte vitale

Refus de télétransmission : les généralistes moins récalcitrants

Vingt ans après l'intronisation de la carte Vitale, des milliers de médecins font de la résistance. L'an passé, près de 82 millions de feuilles de soins papier ont ainsi été reçues, en incluant...11

ROSP : Hors forfait structure, les omnipraticiens ont perdu 36 % de leur prime, observent les Généralistes-CSMF

Dominos

Après la surprise et l'amertume, la colère. Les médecins généralistes ont connu une réelle baisse de leur rémunération sur objectifs de... 14

[Appel à témoignages] Les tabous en consultation

[Appel à témoignages] Les tabous en consultation-0

Vous vous êtes déjà retrouvé dans une situation délicate pour évoquer un sujet avec un patient en consultation. Quels sont les thématiques... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir