Comme la vache folle, la tremblante du mouton pourrait se transmettre à l’humain

Comme la vache folle, la tremblante du mouton pourrait se transmettre à l’humain

17.12.2014
  • Comme la vache folle, la tremblante du mouton pourrait se transmettre à l’humain - 1

    Comme la vache folle, la tremblante du mouton pourrait se transmettre à l’humain

C’est peut-être la première preuve expérimentale que la tremblante, une maladie à prion qui affecte principalement les moutons, est susceptible d'infecter les humains. Des chercheurs viennent de publier dans la revue Nature Communications une première étude qui incline à le penser. Alors que l’on savait depuis longtemps que la maladie de la vache folle était transmissible à l'homme, la capacité de la tremblante à se transmettre à l'homme était jusqu'à présent inconnue.

Olivier Andréoletti (Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, France) et ses collègues se sont penchés sur la question en utilisant un modèle de souris génétiquement modifiées, qui fabriquent la protéine prion humaine. C'est ce même type de rongeur qui avait été utilisé pour confirmer que l'agent de l'ESB pouvait infecter les humains, en pleine crise de la vache folle. Les chercheurs montrent qu'un échantillon de prions de la tremblante a été transmis à certaines souris modifiées avec une efficacité comparable à celle du prion de la maladie de la vache folle. Cette transmission de prions de tremblante a abouti à une propagation de prions anormaux semblables à ceux qui causent la maladie de Creutzfeldt-Jakob humaine.

Ces résultats, parus mardi, suggèrent l'éventuelle capacité de la tremblante à infecter les humains et soulève de nouvelles questions sur le lien possible entre prions animaux et humains. Cependant, l'étude ne démontre pas directement une transmission à l'homme et seules des recherches complémentaires permettront d'apporter une confirmation, selon la revue. "Même si un lien causal venait à être établi entre l'exposition à la tremblante du mouton et la survenue de certains cas de MCJ, il serait erroné" de considérer les agents des maladies à prion des petits ruminants "comme une nouvelle menace majeure pour la santé publique", soulignent les auteurs.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
PNNS

Le bio, les fruits à coques, les légumes secs entrent dans la nouvelle recette du PNNS

Depuis la création des premiers « repères nutritionnels » en 2001, les connaissances sur l’alimentation et l’activité physique ont évolué. À la suite des avis récents de l’Agence nationale de...1

La vaccination antigrippale en pharmacie sera bien étendue à toute la France en 2019

.

Les personnes pour qui la vaccination contre la grippe est recommandée pourront se faire vacciner dans toutes les pharmacies de France dès... 3

Coercition : Agnès Buzyn défend une réforme structurelle plutôt que la contrainte

Agnès Buzyn

Les cahiers de doléances, mis en place dans le cadre du Grand débat, font ressortir un constat clair : les Français considèrent que la... 3

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir