8% des ados dépressifs, la HAS s’en mêle

8% des ados dépressifs, la HAS s’en mêle

16.12.2014
  • 8% des ados dépressifs, la HAS s’en mêle  - 1

    8% des ados dépressifs, la HAS s’en mêle

En mai dernier, l’OMS déclarait la dépression maladie n°1 des adolescents et encourageait les pays à s’engager sur ce problème de santé. En France, c’est désormais chose faite. La Haute Autorité de Santé publie ce jour des recommandations pour aider les médecins de premiers recours, à poser le diagnostic et à proposer une prise en charge adaptée à chaque situation. On estime en effet que près de 8% des adolescents entre 12 et 18 ans souffriraient d’une dépression. Or à cet âge, la dépression passe souvent inaperçue parce que l’adolescent éprouve des difficultés à exprimer ses ressentis, manifeste sa souffrance différemment et, plus simplement, sa dépression peut être confondue avec les sentiments de déprime de la crise d’adolescence. En effet, des symptômes dépressifs modérés et transitoires sont normalement présents chez 30 % à 45 % des ados mais la souffrance peut aussi être l’expression d’un épisode dépressif caractérisé (EDC) – encore appelé « épisode dépressif majeur ».

Poser à cet âge un diagnostic de dépression représente un enjeu de taille. Parce que quel que soit l’âge soit l’âge, face à un EDC, 28% de la population n’a pas recourt au soin. Selon l’étude Depression Research in European Society menée en 1995 dans 6 pays européens, plus de 2 personnes déprimées sur 5 n’ont pas consulté, et parmi celles souffrant d’un EDC, plus d’un tiers n’a pas eu recours aux soins. Ensuite, dépressifs ou non, les adolescents apparaissent comme la classe d’âge ayant le moins recours aux soins, notamment lors de difficultés psychiques. Et l’adolescent, de l’avis des pédospychiatres, verbalise rarement directement ses plaintes et emprunte plutôt la voie indirecte de comportements (ou conduites) agi(e)s .

Cette recommandation de la HAS reprend donc les signes cliniques caractéristiques de la dépression, insiste sur la nécessité d’une approche collaborative centrée sur l’adolescent. L’EDC se caractérisant dans cette tranche d’âge par des symptômes dépressifs (troubles de l’humeur, du cours de la pensée, troubles physiques et instinctuels, cognitions négatives et idéations suicidaires) s’inscrivant dans la durée et entraînant une souffrance cliniquement significative et un retentissement sur le quotidien de l’adolescent. Les symptômes doivent durer au moins 15 jours et être au minimum au nombre de cinq, comprenant un des deux symptômes cardinaux : humeur dépressive (ou irritable) ou perte d’intérêt (ou de plaisir).

La prise en charge que recommande la HAS, repose sur la psychothérapie en première intention, réalisée par un professionnel formé et habitué aux adolescents. En cas de résistance ou d’aggravation des symptômes, après 4 à 8 semaines, il est recommandé de mettre en place une psychothérapie spécifique. Sans amélioration au bout de 4 à 8 semaines, la prise en charge médicamenteuse pourra être envisagée en association avec une psychothérapie. Ce type de prise en charge peut également être envisagée si le travail relationnel est impossible avec le thérapeute.

Enfin, l’hospitalisation est réservée à certaines situations graves, lorsque le risque de passage à l’acte suicidaire est imminent ou si le contexte familial est défavorable. En dehors de l’urgence, c’est un psychiatre (ou mieux un pédopsychiatre) qui doit évaluer cette possibilité.

A court et moyen terme, l’objectif de la prise en charge de la dépression est de gérer la crise suicidaire et de protéger l’adolescent. A long terme, il s’agit d’aider l’adolescent à dépasser ses vulnérabilités et à retrouver une estime de soi.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 7 Commentaires
 
thierry c Médecin ou Interne 19.12.2014 à 07h27

encore une belle page de l'HAS pour enfoncer des portes ouvertes et propser des moyens qui n'existent (pedopsychiatre disponible)

Répondre
 
Christian F Médecin ou Interne 17.12.2014 à 08h47

Dans mon coin, c'est déjà 2 à 3 mois d'attente pour les psy, ado ou pas.

Répondre
 
JEANYVES S Médecin ou Interne 17.12.2014 à 19h01

Est ce qu'ils sont guéris pour autant après le bla bla des psys??

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 20.12.2014 à 18h40

à JY F :vous n'avez qu'un siècle de retard, arrétéz vos propos de bistrot...

Répondre
 
Aviva S Médecin ou Interne 16.12.2014 à 21h38

Sans doute un peu mais surtout cette société castre leurs rêves, leur imagination , leur potentiel immense- et en premier lieu ceux de leurs parents- par une protection excessive, une administration Lire la suite

Répondre
 
MARC M Médecin ou Interne 16.12.2014 à 19h58

Une simple réflexion tout à fait anodine: Ils ont d'évidence toutes les raisons d'être euphoriques ces ados... Notre société les accueille à bras ouverts... au pôle emploi .... quel que soit le Lire la suite

Répondre
 
JEAN FRANCOIS V Médecin ou Interne 18.12.2014 à 09h04

Et la HAS d'en profiter de se faire mousser pour se faire exister .... Est ce un trouble d'identité de l'HAS ?

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir