C'est arrivé le 14 décembre 1943 - Mort de John Harvey Kellog

C'est arrivé le 14 décembre 1943Mort de John Harvey Kellog

14.12.2014
  • C'est arrivé le 14 décembre 1943 - Mort de John Harvey Kellog-1

    Mort de John Harvey Kellog

Ce médecin américain, qui fit un usage sanitaire de méthodes holistiques, en se focalisant particulièrement sur la nutrition, les lavements et l'exercice, est connu notamment pour l'invention des corn flakes.

Kellog est le fils d'adventistes du septième jour qui habitaient dans une grande ferme du Michigan. Quinzième d'une fratrie de seize enfants, il naquit le 26 février 1852. Vers 1860, sa famille alla vivre à Battle Creek où son père créa une usine de balais.

Les huit principes de la santé

En 1863, Ellen White, la guide spirituelle de l'Église adventiste du septième jour, lança un mouvement de réforme sanitaire parmi les adventistes après avoir été instruite, selon ses dires, dans une vision (le 5 juin 1863) sur les huit principes de la santé - l'air pur, la lumière du soleil, la nutrition, l'exercice physique, le repos, l'eau, la tempérance et la confiance en Dieu, - mettant l'accent sur la prévention et un mode de vie holistique, prônant ainsi une nutrition saine, l'hydrothérapie, l'exercice physique et la tempérance.

Travaillant comme apprenti imprimeur dans la maison d'édition adventiste, Review and Herald, à Battle Creek, Kellog ne tarda pas à lire les ouvrages d'Ellen White, "Health" et "How to live", ainsi que ses articles dans le magazine, "The Health Reformer". Il s'enthousiasma aussitôt pour ses théories. En 1905, il déclara ainsi : « J'avais alors quatorze ans. C'était pour moi une lumière merveilleuse. J'ai apprécié ! C'était la chose la plus douce que j'avais jamais entendu. Et depuis, j'ai essayé de m'y tenir de mon mieux".

En 1872, James White, le mari d'Ellen, incita John Kellogg à poursuivre des études de médecine à l’université du Michigan, dirigé alors par le Pr Alonzo Palmer, un réformateur de la santé. En 1874, le couple White lui versa un salaire mensuel, en fait un prêt de 1 000 dollars, pour payer ses dépenses à l’école médicale de l’hôpital Bellevue à New-York.

John Harvey Kellog

En 1876, Kellogg accepta accepta à contrecoeur d’être pour un an le directeur de l’Institut de la réforme sanitaire, la première institution médicale adventiste. Il resta finalement à sa tête pendant 67 ans ! En 1878, il changea le nom de l'institution en l'appelant « Sanitarium » , mot utilisé pour la première fois en Angleterre en 1851 mais Kellogg lui donna une nouvelle signification : « un lieu où les gens apprennent à rester en bonne santé, un centre de bien-être ». Il fit dès lors la promotion de l'alimentation végétarienne, de l'exercice, de l'hydrothérapie, de l'air pur, de l'exposition modérée aux rayons du soleil, d'une bonne posture, du port de vêtements appropriés et d'une bonne attitude mentale. Il estimait que les fruits et les oléagineux étaient des aliments essentiels. Il s'opposa fortement à l'alcool, au tabac, à la caféine, au sucre, aux narcotiques, à la viande et aux épices fortes. Il désapprouva l'utilisation des œufs et accepta avec réticence un usage limité du lait et du fromage. Cependant, vers 1909, il approuva l'utilisation du yaourt et fut l'un des premiers Américains à faire sa promotion et à le vendre.

Le 22 février 1879, Kellogg se maria à Ella Ervilla Eaton et ils élevèrent 42 enfants de différentes origines. Avec sa femme, Kellogg établit une cuisine de recherche qui mit au point une alimentation végétarienne. La dyspepsie, les colites et la bille étaient des problèmes communs à l'époque, liés à une mauvaise alimentation. Kellogg se spécialisa particulièrement dans le traitement de ces difficultés gastriques.

En 1860, le Dr James Caleb Jackson avait inventé Granula, le premier petit déjeuner à base de céréales (entièrement avec du blé), et un substitut au café appelé Somo. En 1877, Kellogg, à son tour, développa un produit similaire, appelé Granola, composé de plusieurs céréales. Il inventa le beurre de cacahuète (en 1892), plusieurs cafés de substitution avec des céréales comme Postum et des petits déjeuners comme Granose Flakes.

Les corn flakes inventés par inadvertance

C’est en 1894, que John Harvey et son frère, Will Keith, eurent l’idée pour améliorer l’alimentation des patients du sanatorium de Battle Creek de faire cuire des grains de blé à la vapeur en les passant entre deux rouleaux et en obtenant ainsi des pétales. La légende veut que le livreur du sanatorium de Battle Creek qui devait livrer un gâteau à base de céréales ait fait une chute et que son chargement en ait sérieusement pâti. Le destinataire du gâteau mélangea donc les restes avec du lait et trouva cela délicieux. La légende des frères Kellog était née.

En 1896, Kellogg imagina Nuttose, la première viande végétale. Au début du xxe siècle, Protose (un mélange de gluten et de cacahuètes) fut cependant sa viande végétale la plus populaire. Avec son jeune frère Will Keith Kellogg, il créa une société de production de céréales vers 1897, Sanitas Food Company, afin de concurrencer le petit-déjeuner traditionnel alors composé d'œufs et de viande, tandis que les pauvres mangeaient du porridge, de la farine, du gruau. En 1900, Kellogg proposa au public Malted Nuts, le premier lait végétal (des amandes et des cacahuètes en émulsion avec du sirop de malt). Vers mars 1909, Kellogg produisait neuf viandes végétales commerciales.

Publicité pour les corn flakes

 

Trente " sanitariums " créés à travers le monde

A partir de 1893, Kellog dirigea l’Association adventiste missionnaire médicale et de bienfaisance qui fit édifier plus de 30 sanitariums à travers le monde, un nombre similaire de centres d’hydrothérapie, une douzaine de restaurants végétariens et des centres d’accueil urbains pour aider les pauvres, les orphelins, les chômeurs, les alcooliques et les prostituées.

Entre 1883 et 1911, Kellogg se rendit sept fois en Europe — à Londres, à Paris, à Vienne ou à Berlin pour apprendre la chirurgie avec les plus grands praticiens du monde. Il était pourtant contre l'usage de la chirurgie, notamment pour enlever certaines parties des intestins. Dans la préface de son livre "Autointoxication", il note : « C'est un fait notoire que la plupart des gens qui se soumettent à ce court-circuit, ou à des opérations chirurgicales même plus radicales pour se soulager de la congestion intestinale, tôt ou tard, se trouvent à souffrir (habituellement un an plus tard) des mêmes symptômes qui précédèrent cette mutilation. » Kellogg n'utilisait donc la chirurgie qu'en dernier ressort, l'offrant souvent gratuitement à des patients pauvres.

En 1906, contre l'avis d'Ellen White qui ne voulait pas d'un hôpital ressemblant à un hôtel, John Kellogg fit construire un Sanitarium plus grand (15 étages) que le premier, dont il s'assura le contrôle légal. En 1927, ce sanitarium accueillit plus de 7000 patients, servis par 30 médecins. Kellogg indiqua : « Au Sanitarium de Battle Creek, le personnel n'est jamais moins de 800 personnes, et il augmente souvent à la saison haute à plus d'un millier ».

Exercices de repiration au sanitarium de Battle Creek

 

Les célébrités du monde entier affluent à Battle Creek

Kellogg décrivit le fonctionnement de son établissement comme étant « un composé de méthodes physiologiques comprenant l'hydrothérapie, la photothérapie, la thermothérapie, électrothérapie, la méchanothérapie, la diététique, la cure d'air frair et l'enseignement de la santé ». Le Sanitarium de Battle Creek devint alors un must pour les célébrités du monde entier qui voulaient recouvrer la santé. Au fil des ans, le Sanitarium accueillit des patients célèbres comme William Howard Taft (un ancien président des États-Unis), les explorateurs de l'Arctique Vilhjalmur Stefansson et Roald Amundsen, l'écrivain George Bernard Shaw, le sportif et acteur Johnny Weissmuller, l'industriel Henry Ford, l'inventeur Thomas Edison, ou encore Sarah Bernhardt...

Les méfaits de la masturbation

Kellogg fut aussi alors un ardent militant contre toutes les formes de sexualité. Il recommanda ainsi des méthodes extrêmes contre la masturbation : chez les garçons la circoncision sans anesthésie dont la courte douleur aura un effet salutaire sur l'esprit ; chez les filles, l'application d’acide carbolique sur le clitoris qui serait un excellent moyen de prévenir toute excitation anormale. Il proclamait également que la masturbation était la source de l'acné.

La faillite de 1933

En 1933, le sanitarium de Battle Creek fit faillite. Kellogg avait contracté des dettes pour l'agrandir au moment où la crise économique de 1929-1932 se mit à sévir. Le sanitarium continua à fonctionner sur un budget réduit jusqu'à la vente du bâtiment en 1942 à l'armée américaine. En 1931, à l'âge de 78 ans, Kellogg se rendit en Floride et rénova l'hotel Country Club - offert par Glenn Curtiss, un constructeur d'avions. Il ouvrit le Sanitarium de Miami-Battle Creek, un établissement de 100 lits. Il vécut en bonne santé jusqu'à sa mort, à l'âge de 91 ans.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir