Les radicaux de gauche poussent le gouvernement à aller plus loin sur l’aide à mourir

Les radicaux de gauche poussent le gouvernement à aller plus loin sur l’aide à mourir

14.12.2014
  • Les radicaux de gauche poussent le gouvernement à aller plus loin sur l’aide à mourir - 1

    Les radicaux de gauche poussent le gouvernement à aller plus loin sur l’aide à mourir

C’était un des éléments du contrat de gouvernement que le petit Parti radical de gauche avait négocié avec Manuel Valls en octobre dernier. Et le PRG, dernier allié du PS après le départ des écologistes du gouvernement, entend bien obtenir une loi légalisant en France une aide médicalisée pour mourir. Vendredi, ses dirigeants ont jugé "timorées" les propositions des députés Jean Leonetti et Alain Claeys sur la fin de vie, réclamant que le gouvernement "légalise clairement l'aide médicale à mourir, sous conditions strictes". Dans un communiqué, Guillaume Lacroix (photo), espère que "le Premier ministre (...) dépasse les propositions émises dans ce rapport et légalise clairement l'aide médicale à mourir, sous conditions strictes, dans notre pays". Et le secrétaire général du Parti radical de gauche de montrer sa détermination : "Nous tenons à réaffirmer notre volonté que soit reconnu le droit de choisir, en cas de souffrances insupportables et si il n'existe aucune possibilité de guérison, sur demande claire et répétée du malade et avec l'aval du corps médical, de mourir dans la dignité".

Au PRG, on table donc sur le parcours législatif pour "parvenir à une loi plus ambitieuse que les conclusions présentées aujourd'hui dans le rapport Claeys-Leonetti". Le chef de file des députés radicaux de gauche, Roger-Gérard Schwartzenberg demande un vote dès janvier sur la déclaration du gouvernement annoncée, afin de "pouvoir connaître, dès cette première phase, la position de l'Assemblée nationale". Selon Roger-Gérard Schwartzenberg, "il serait très utile qu'ensuite la proposition de loi issue des travaux de la mission Claeys-Leonetti fasse l'objet d'une discussion commune" avec une proposition de loi des radicaux de gauche sur "l'assistance médicalisée pour une fin de vie dans la dignité" remontant à septembre 2012 "qui, elle, est strictement conforme au 21e des 60 engagements pour la France souscrits par François Hollande dans sa campagne présidentielle de 2012". Autant dire qu’au Parlement, le débat est loin d’être clos sur cette question, d’autant que, par le passé, nombre de députés et de sénateurs se sont montrés par le passé favorables à la légalisation de l’euthanasie.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 2

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir