L’association "Femme médecin libéral" s’interroge sur la e-santé

L’association "Femme médecin libéral" s’interroge sur la e-santé

11.12.2014
  • L’association "Femme médecin libéral" s’interroge sur la e-santé - 1

    L’association "Femme médecin libéral" s’interroge sur la e-santé

Les appli mobiles : menaces ou opportunités pour la santé des Français ? Entre ces deux hypothèses, l’association Femme Médecin Libéral (FML) s’interroge et ouvrira le débat à tous, le 17 janvier prochain. Pour la 2nde édition de ses ateliers débats, l’organisation s’intéresse à l’impact des applications santé numériques. Secrétaire générale du FML, le Dr Corinne Godenir raconte sa perplexité face à un patient qui la questionnait sur une appli faisant office de podomètre. « Quelle confiance un médecin peut accorder à une appli qu’un patient lui présente », demande-t-elle. De l’avis des organisatrices, la santé mobile remet en cause l’organisation des soins. D’où l’un des objectifs de cette journée : faire prendre conscience aux médecins de la diffusion des objets connectés chez les citoyens et de leurs usages en santé. L’idée étant qu’eux-mêmes s’approprient ces nouvelles technologies avant qu’elles ne deviennent une menace pour leurs patients.

« Dans la technologie, il y a du bon et du mauvais, ça dépend de l’usage qu’on en fait », affirme le Dr Christine Bertin-Belot, présidente de FML. Aux yeux des organisatrices de la manifestation, les objets connectés peuvent avoir un réel intérêt mais l’expertise médicale ne doit pas être oubliée. Et l’une des adhérentes au FML de citer Patrick Bouet, président du Conseil de l’Ordre des médecins, qui affirmait que si les praticiens peuvent partager des connaissances avec leurs patients, ils restent seuls compétents pour utiliser ces connaissances.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisiens ont partagé leur expérience de la téléconsultation et...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 6

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir